DE | FR
Israeli paramilitary border police officers stand guard as Jewish right-wing demonstrators demand the release of three Jews arrested in the shooting death of Mousa Hasoona, outside the District Court in Lod, Israel, Wednesday, May 12, 2021. Police say Hasoona was with a group of Arab rioters threatening Jewish homes, an account disputed by Lod's Arab residents. (AP Photo/Heidi Levine)

Des policiers israéliens contiennent un groupe de la droite israélienne demandant la libération d'individus suspects du meurtre d'un Arabe. Lod, 12 mai 2021. Image: AP

Qui sont les ultra-nationalistes israéliens?

Israël est entré dans un nouveau cycle de violence qui atteint, fait nouveau, des villes situées à l'intérieur du pays. A l'origine de cette flambée, cette fois-ci, des ultranationalistes anti-arabes, représentés au parlement israélien par un petit parti classé à l'extrême droite. Le chercheur français Thomas Vescovi décrypte ce phénomène inquiétant.



En France, où tout n’est pas rose sur le front identitaire, la convergence de l’Ascension et de l’Aïd el-Fitr, la fête musulmane marquant la fin du Ramadan, a été l’occasion de belles accolades sur les réseaux sociaux. Au même moment, d’autres hasards du calendrier – Ramadan d’une part, de l’autre Jour de Jérusalem, célébrant la conquête israélienne de la Ville sainte lors de la guerre des Six Jours en 1967 – ont plongé Israël et ses alentours dans des niveaux de violence qui n’avaient plus été atteints depuis la guerre à Gaza en juillet 2014. Côté palestinien, 110 morts, 7 côté israélien. Parmi eux, des enfants.

Si les affrontements militaires, ainsi que le bilan provisoire des victimes, renvoient principalement à l’opposition entre l’armée israélienne et le parti islamiste Hamas au pouvoir dans la bande de Gaza, le plus préoccupant pour la suite tient sans doute aux heurts qui ont éclaté entre civils juifs et arabes à Jérusalem-Est et dans des villes israéliennes à population mixte. Le 12 mai, un homme, perçu comme arabe, a été sorti de sa voiture et lynché par des militants juifs d’extrême droite près de Tel-Aviv – grièvement blessé, son état était stable.

L’origine de la présente flambée de violence est à chercher chez les ultranationalistes juifs. Tout a commencé cette fois-ci par des expulsions de familles palestiniennes de la partie Est de Jérusalem, en principe arabe, mais de plus en plus investie par des juifs israéliens. Ces expulsions ont été perpétrées par des individus radicalisés, dont certains militent au Parti sioniste religieux.

Cette formation d’extrême droite a fait cette année pour la première fois son entrée à la Knesset, le parlement israélien, sous l’impulsion du premier ministre de droite Benyamin Netanyahou, à la tête d’un pays politiquement instable, lui-même étant confronté à des ennuis judiciaires. Qui sont ces ultranationalistes juifs anti-arabes? Quand sont-ils apparus?

«Il y a des colons parmi eux, mais pas seulement», note Thomas Vescovi, chercheur indépendant en histoire contemporaine, auteur de L’échec d’une utopie. Une histoire des gauches en Israël (La Découverte).

«Ces colons considèrent que la terre habitée par les Palestiniens de Cisjordanie leur appartient»

Thomas Vescovi, chercheur

«Le numéro 3 du Parti sioniste religieux, Itamar Ben-Gvir, est venu accompagner les colons qui exproprient des familles palestiniennes à Jérusalem-Est. C'est un suprémaciste qui s’inscrit dans les pas de Baruch Goldstein, ce colon israélo-américain auteur d’un attentat en 1994 au tombeau des Patriarches à Hébron, qui avait fait 29 morts palestiniens», rappelle Thomas Vescovi.

Ces ultranationalistes sont issus du sionisme religieux, apparu avec la guerre des Six Jours et le déploiement d’Israël en Cisjordanie. Situé à l’Est de l’Etat d’Israël, la Cisjordanie devait constituer le gros d’un Etat palestinien selon le plan de partage de 1947, partition rejetée par les Arabes.

«Après 1967, la colonisation de la Cisjordanie a favorisé et renforcé les groupes ultras. Le sionisme créateur d’Israël, jusque-là l’affaire de la gauche laïque ashkénaze, a pris un tour religieux»

Thomas Vescovi, chercheur

«Durant la précédente décennie sont arrivés par centaines de milliers en Israël des juifs orientaux, bien plus religieux et conservateurs que les ashkénazes dans leur rapport au judaïsme», poursuit le chercheur. «Les forces politiques nationalistes et religieuses ont su s'appuyer sur ces nouveaux immigrés. La colonisation juive de la Cisjordanie, qui représente aujourd’hui près de 700 000 individus, constitue une énorme réserve de voix pour la droite et l'extrême droite nationaliste religieuse».

Les ultranationalistes sont des religieux identitaires, ce que ne sont en principe pas les «vrais» religieux, à l’image des ultra-orthodoxes du mouvement Haredim. «Leur violence vient aussi de l'impunité dont ils bénéficient en Cisjordanie et ces dernières semaines à Jérusalem», estime Thomas Vescovi. «Par ailleurs, la seconde Intifada, qui débute en 2000, traumatisa les deux sociétés et favorisa en Israël une conception toujours plus sécuritaire d'un Etat toujours plus exclusivement juif».

Le risque est grand, désormais, d’une radicalisation chez les «modérés», côté palestinien comme côté israélien, chez ceux qui ne vivaient certes pas ensemble, mais en voisins dans des localités d’Israël, à Lod ou Haïfa, «ces villes mixtes au bord de la guerre civile», s'inquiète le magazine français L’Express.

La France, après les incidents de 2014, interdit les manifestations à Paris

En France, où le conflit israélo-palestinien a de fortes résonances, le gouvernement a interdit toute manifestation à Paris en lien avec les événements actuels. En juillet 2014, l'été dans la capitale avait été émaillé d'incidents lors de rassemblements pro-palestiniens. Un certain Abdelhakim Sefrioui, du collectif islamiste pro-Hamas Cheikh-Yassine, groupuscule aujourd'hui dissous, y avait donné de la voix. Le 21 octobre 2020, Sefrioui a été mis en examen pour complicité d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste, suite à la décapitation par un djihadiste d'origine tchétchène du professeur Samuel Paty, à Conflans-Sainte-Honorine, dans le département des Yvelines. L'agitateur avait appelé à la mobilisation contre l'enseignant, après que celui-ci eut montré des caricatures du prophète Mahomet à ses élèves dans un cours sur la liberté d'expression. En France, les questions liées à Israël et à l'islam sont d'une extrême sensibilité.

Les affrontements en Israël

1 / 15
Les affrontements en Israël
source: ap / khalil hamra
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles «International»

L'Italie ordonne la vaccination à ses soignants

Link zum Artikel

Les témoins du meurtre de George Floyd racontent l'horreur

Link zum Artikel

Le Royaume-Uni semble s'être débarrassé de l'hésitation vaccinale

Link zum Artikel

L'Etat de New York légalise la weed

Link zum Artikel

En Biélorussie, l'opposition appelle à nouveau à manifester

Link zum Artikel

5 questions que pose le fameux passeport vaccinal

Link zum Artikel

L'homosexualité reste un «péché» pour le Vatican

Link zum Artikel

Le vaccin local sera nécessaire pour entrer en Chine

Link zum Artikel

La Suisse aussi prend des risques avec la vaccination

Link zum Artikel

L'Europe met fin à la fuite de l'indépendantiste catalan Puigdemont

Link zum Artikel

Licenciements chez Swiss: «On s'y attendait»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Plus d'articles sur la Palestine et Israël

Benyamin Netanhyaou ne règne plus sur Israël

Link zum Artikel

L'Iran promet une «vengeance» à Israël après l'attaque d'une centrale nucléaire

Link zum Artikel

Mahmoud Abbas annonce le report des législatives palestiniennes

Link zum Artikel

L’Autorité palestinienne accuse Israël de bloquer des vaccins

Link zum Artikel

Le cessez-le-feu en Israël se maintient pour le moment

Après dix jours de confrontation entre Israël et le Hamas et des centaines de morts, les deux camps sont parvenus à une trêve. Retour sur ce qui s'est passé cette dans la nuit.

La trêve entre Israël et le Hamas est entrée en vigueur vendredi à 2h dans la bande de Gaza, après plus de dix jours d'affrontements. La confrontation, la plus meurtrière depuis des années, a fait au moins au moins 232 morts du côté palestinien, dont 65 enfants et de nombreux combattants du Hamas et du Djihad islamique, et douze morts en Israël, dont un enfant de six ans, une adolescente de 16 ans et un soldat.

Cet accord a été favorisé par l'Egypte, puissance régionale entretenant à la fois …

Lire l’article
Link zum Artikel