DE | FR
Bild

Les restaurateurs sont tenus par la loi de collecter les coordonnées de leurs clients et de les conserver pendant un certain temps. Le gouvernement n’a pas créé de plateforme sécurisée à cet effet. Aujourd'hui, des experts en sécurité informatique tirent la sonnette d'alarme concernant les alternatives privées.

On vous explique les problèmes que posent les applications de traçage

Des experts en informatique suisses indépendants mettent en garde contre le risque d’un «chaos des applications cantonales» et d’une «débâcle de la protection des données» dus au traçage numérique des contacts. La pression sur l’OFSP augmente.

Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story

Daniel Schurter / watson.ch



«Les bases de données centrales représentent un risque considérable (...). Comme toutes les données sont stockées en un seul endroit, le risque d'une perte catastrophique (par piratage par exemple) est extrêmement élevé»

Déclaration de l’Association CH++

La Suisse ne dispose pas d'une plateforme sécurisée supervisée par le gouvernement pour stocker les coordonnées. Pourtant, les restaurants et autres exploitations sont tenus de récolter des informations sur leurs clients en vertu des dispositions légales (loi Covid-19). C'est pourquoi, des entrepreneurs privés se sont engouffrés dans la brèche et commencent désormais à avoir des doutes concernant la protection des données. Cet article traite des questions et des réponses les plus importantes à ce sujet.

Mise en garde des experts

Des experts en informatique suisses indépendants mettent en garde contre le risque que le traçage numérique des contacts ne conduise qu'à un «chaos des applications cantonales». Ils visent les applications de traçage non gouvernementales, qui stockent les coordonnées des clients des restaurants dans une base de données centrale. Ce système est censé faciliter la vie quotidienne des patrons et des organisateurs d'événements, mais il comporte des risques.

La semaine dernière, le magazine en ligne Republik a parlé d'un «véritable cauchemar pour la protection des données». En effet, les plus grands fournisseurs suisses d'applications de traçage ont uni leurs forces pour stocker les données des utilisateurs dans une base de données commune (plus d’informations à ce sujet ci-dessous).

Nous avons récemment appris que Berne est devenu le premier canton à créer une base légale pour le stockage centralisé des données. L’exécutif bernois a décidé que les restaurants, bars et clubs devraient collecter les données de leurs visiteurs à l'aide d'applications de traçage à partir du lundi 10 mai. Et que ces données de contact «devraient être transférées de manière permanente dans une base de données centrale du canton.»

D'autres cantons seraient sur le point de le faire également, selon les recherches menées par les journalistes spécialisés dans les technologies, Adrienne Fichter et Florian Wüstholz. Les principes d'adhésion à des normes élevées de protection des données et ce malgré la pandémie, seraient jetés par-dessus bord, craint le magazine Republik. Les scientifiques et les représentants de la société civile sont du même avis.

La nouvelle association CH++, qui compte parmi ses fondateurs l'épidémiologiste et co-inventeur de SwissCovid Marcel Salathé, critique dans un communiqué l'attitude hésitante de la Confédération, ou plutôt de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Il en résulte un «vide numérique» dans lequel s'engouffrent désormais divers cantons et applications.

L'organisation à but non lucratif, qui veut accompagner la Suisse dans le courant de la numérisation, a publié jeudi une prise de position sur le traçage numérique des contacts. Elle y indique que les bases de données centralisées présentent un risque considérable d'utilisation abusive. Les utilisateurs d’applications remettraient leurs données personnelles et en perdraient ainsi le contrôle.

«Comme toutes les données sont stockées en un seul endroit, le risque d'une perte catastrophique de données (par piratage par exemple) est énorme. Une utilisation ultérieure des données à d'autres fins reste possible à tout moment.»

La professeure de l'EPFZ, Carmela Troncoso, qui fait partie, tout comme Marcel Salathé, de l'équipe de développement de SwissCovid, rappelle que l’on ne devrait pas établir d'«infrastructures de surveillance numérique». Celles-ci pourraient être détournées pour créer des profils de déplacement des gens, par exemple.

L'association CH++ avertit que l'utilisation ultérieure des données à d'autres fins reste possible à tout moment:

«Les règles juridiques sont censées empêcher cela - mais seulement jusqu'à ce qu'elles soient remplacées par de nouvelles règles. L'expérience d'autres pays montre que les infrastructures numériques, sans transparence ni décentralisation, peuvent facilement être converties à d'autres fins de surveillance au fil du temps.»

Le dilemme des cantons

Les cantons sont confrontés au dilemme suivant: exploiter leur propre plateforme numérique pour les données de contact, ou s'en remettre aux solutions du secteur privé. Cela est dû au fait que la Confédération ne fournit pas de solution sûre.

Parce que l'État est hésitant, mais que le secteur privé a un intérêt justifié pour les solutions numériques, de nombreuses entreprises s'y sont essayées. L'association Gastro Suisse recense environ 16 apps sur son site Internet. Le stockage des données sensibles est le principal problème.

Des représentants influents du secteur de la gastronomie et des fournisseurs d'apps d’enregistrement de contact se sont mis d'accord sur un procédé commun à la fin de l'année 2020. Ils ont lancé une base de données appelée «Swiss Contact Tracing Database» (SCTdb), dans laquelle les coordonnées sont stockées de manière centralisée. Cela devrait faciliter le travail des restaurateurs et des autorités sanitaires. Les cantons devront payer s'ils veulent accéder à la base de données dans le but de lutter contre les épidémies.

Le projet est dirigé par Jean-Paul Saija, codirecteur de la société suisse Mindnow, dont l'application de traçage «Mindful» est déjà utilisée dans plus de 6000 établissements.

Saija est l'un des défenseurs du stockage centralisé des données en ce qui concerne la recherche numérique des contacts. Cette approche présente de grands avantages par rapport aux solutions décentralisées, car les autorités sanitaires peuvent accéder aux données de contact rapidement et efficacement. Ceci est crucial pour ce qu'on appelle le Backward-Tracing, c'est-à-dire lorsqu'il s'agit d'identifier les clusters de Covid et de contenir les super-propagateurs. Les préoccupations relatives à la protection des données doivent être prises au sérieux, mais elles doivent être contrebalancées avec les risques de la crise du Covid.

«Alors que les géants étrangers de la technologie savent depuis longtemps tout de leurs utilisateurs en échange d'une plus grande commodité et s'en servent à des fins publicitaires, on oppose ici l'endiguement de la pandémie à la crainte que l'administration fédérale et les cantons puissent théoriquement faire un usage abusif des données de traçage des contacts.»

Et SwissCovid dans tout ça?

Sous pression, la Confédération travaille à l'intégration d'une fonction d’enregistrement des coordonnées conforme à la protection des données dans son application de traçage SwissCovid. Marco Stücheli, de l'OFSP, explique à watson:

«Nous pouvons confirmer qu'une variante du protocole CrowdNotifier sera intégrée dans l'application SwissCovid. La fonction de traçage sans enregistrement des coordonnées enrichit l'application SwissCovid. Elle prend en compte non seulement les contacts proches, mais aussi ceux qui se trouvaient au même endroit au même moment - quelle que soit la distance.»

Il s'agit d'une fonction qui respecte la protection des données, censée correspondre au protocole CrowdNotifier développé par l'École polytechnique de Lausanne (EPFL) et la société informatique Ubique. Cela signifie que comme pour SwissCovid, aucune donnée utilisable ne sera stockée sur les serveurs et son utilisation doit être absolument volontaire. Cette fonction ne peut donc pas remplacer les applications privées de traçage déjà mises en place.

La nouvelle fonction ne remplace pas l'obligation de collecter les coordonnées telle que stipulée dans la loi Covid-19 sur la situation particulière. Selon la stratégie de l'OFSP, l'application SwissCovid élargie devrait désormais être utilisée en particulier là où «des personnes se rencontrent, mais où il n'y a pas d'obligation de collecter des coordonnées». Les lieux d'utilisation possibles seraient les réunions privées, les événements de clubs ainsi que les environnements professionnels (salles de réunion, amphithéâtres, cantines, etc.).

«Grâce à cette nouvelle fonction, un nombre encore plus grand de personnes peuvent être informées d'une éventuelle infection rapidement, anonymement et de manière simple. Les notifications devraient faire prendre conscience que le virus est toujours là et inciter le plus grand nombre de personnes possible à faire un test Covid.»

L'ajout d'une telle fonctionnalité à l'application SwissCovid se fait attendre, et la technologie est testée à l'EPFL depuis le début de l'année. Cette fonctionnalité devrait également relancer la popularité de l'application, dont le nombre d'utilisateurs a récemment stagné à un peu moins de 1,8 million d'utilisateurs actifs par jour.

Alors que l'application allemande de traçage du Covid dispose d'une fonction similaire depuis Pâques, les utilisateurs suisses de smartphones devront encore patienter.

«Pour une telle intégration dans l'app SwissCovid, cela nécessite un certain nombre de travaux techniques et juridiques. Pour l'instant, nous pensons que ce projet sera achevé pour les vacances d'été»

Porte-parole de SwissCovid

Ainsi, alors que les appels à de nouvelles ouvertures se font de plus en plus pressants, la nouvelle fonction de SwissCovid tarde encore à voir le jour. Et pour les établissements de restauration qui doivent enregistrer les données de contact des clients, l'OFSP ne propose pas de solution.

En octobre 2020 déjà, l'OFSP avait déclaré que la Confédération n'avait «aucune base légale» pour exploiter un système centralisé de traçage des contacts, dans lequel les coordonnées étaient stockées dans une base de données centrale.

Toutefois, les établissements de restauration et les organisateurs d'événements sont toujours tenus de saisir les coordonnées des visiteurs et de les conserver en toute sécurité à des fins de traçabilité pendant 14 jours d'une manière conforme à la législation sur la protection des données.

La Confédération ne souhaitant pas fournir une plateforme sécurisée pour la collecte des coordonnées, des fournisseurs privés tels que Mindnow.io se sont engouffrés dans la brèche.

«Personne ne veut se brûler les doigts sur ces données»

Jean-Paul Saija, PDG de Mindnow.io

Mindful, l'application de traçage de contacts développée par l'agence numérique zurichoise Mindnow.io, est «l'application de traçage de contacts la plus utilisée pour lutter contre le Coronavirus en Suisse», selon son site web. Depuis décembre dernier, elle appartient à l'organisateur d'événements Ticketcorner, une filiale du groupe Ringier.

L'Office fédéral de la santé publique n'était pas intéressé par l'application de traçage, a souligné Jean-Paul Saija dans une interview pour watson. «Nous voulions la vendre à la Confédération pour le montant symbolique d'un franc.»

En Suisse, personne ne gagne de l'argent avec les coordonnées des clients des restaurants, affirme le patron de la société informatique. Entre-temps, ses employés ont mis au point trois moyens de lutte contre la pandémie, au prix d'innombrables heures de travail. «Pour être honnête, nous serons heureux lorsque nous pourrons nous consacrer davantage à d'autres projets informatiques passionnants.»

En revanche, il est évident que les organisateurs d'événements et les autres acteurs du secteur de la restauration ont tout intérêt à offrir aux clients une certaine sécurité. Le secteur privé exerce ici une pression non négligeable pour proposer des solutions aussi pratiques que possible. Les gens devraient pouvoir s'enregistrer lors d'événements et dans les cafés avec leur smartphone, sans avoir à remplir de fastidieux papiers.

Quelle est la prochaine étape?

Depuis l'été et l'automne derniers, le public sait que le fédéralisme entrave et, parfois même, rend impossible le suivi efficace des cas de Covid. Typiquement lorsqu'il s'agit d'alerter rapidement, à travers les cantons, les personnes susceptibles d'avoir été touchées par le Covid 19.

Le traçage des contacts étant du ressort des cantons, la Confédération, ou plutôt l'OFSP, ne propose pas de solution technique pour l'enregistrement des coordonnées dans les établissements de restauration et lors de manifestations. Le gouvernement fédéral prescrit le stockage temporaire des données, mais en ce qui concerne la mise en œuvre de celui-ci, les cantons sont livrés à eux-mêmes.

L'application SwissCovid ne peut et ne doit pas être utilisée pour collecter les données personnelles des utilisateurs et les transmettre aux autorités sanitaires. Cela serait en contradiction avec les prescriptions légales votées par le parlement à l'été 2020. Et les géants de la technologie Apple et Google s'y opposeraient également. Ils mettent à disposition des interfaces techniques importantes pour les applications de traçage – pour les téléphones portables Android et les modèles Iphone.

Quoi qu’il en soit, la pression publique s'accroît sur l'OFSP pour qu'il ajoute à l'application SwissCovid une fonction d'enregistrement conforme à la protection des données. Apparemment, d'autres clarifications sont encore en cours avant que l'Office puisse lancer l'intégration de la fonction de traçage via une mise à jour de l'application.

Et même lorsque la version 2.0 de SwissCovid sera disponible dans les App Stores d'Apple (iOS) et de Google (Android), cela ne résoudra pas les risques de protection des données des applications privées de traçage avec stockage centralisé des données.

Quel est le problème avec les applications de traçage?

Les applications de traçage privées n'auraient pas été soumises à des tests de sécurité publics et n'auraient pas indépendamment fait l'objet d'une vérification des risques liés à la protection des données, d’après la critique des journalistes du magazine Republik. Et il y aurait aussi un manque de transparence: le code source ne serait pas librement accessible. Cela signifie que, contrairement à SwissCovid, le droit à l’Open source n'est pas octroyé. (À noter que certaines parties des systèmes d'exploitation Android et iOS, qui sont indispensables pour les applications de traçage décentralisées, ne sont pas non plus accessibles).

Le patron de Mindnow a souligné que seul un très petit nombre de personnes autorisées pouvait voir les données cryptées stockées dans la base de données. Tous les accès à celle-ci seraient également enregistrés, de sorte qu'il serait possible de clarifier toute utilisation abusive.

Bien entendu, ces solutions de stockage centralisé des données sont en contradiction avec le principe d'économie des données (privacy by design). Comme le gouvernement fédéral n'a pas développé sa propre plateforme, les citoyens doivent maintenant vivre avec le risque d'une utilisation abusive de leurs données, où l'on se demande qui est nommé responsable dans des cas concrets.

A-t-on vraiment besoin de ces coordonnées?

L'épidémiologiste Marcel Salathé commente à ce propos:

«La bonne marche à suivre serait d'adapter ces ordonnances [fédérales]. Elles ont été conçues pour la situation du Covid à court terme, et doivent donc être adaptées en permanence à la nouvelle situation.

D'un point de vue épidémiologique, il n'est vraiment pas nécessaire d'obliger les restaurateurs à collecter à l'avance autant de données personnelles sur leurs clients. L'impact épidémiologique peut être obtenu d'une autre manière, comme l'a déjà montré l'application décentralisée SwissCovid, qui se passe de cette "collecte de données en amont".»

Dans une autre déclaration, Jean-Paul Saija souligne qu'il est également un défenseur absolu de l'économie des données et qu'il préfère généralement la solution décentralisée à la solution centralisée. Comme toujours, cependant, il faut garder à l'esprit les avantages et inconvénients. Exiger une seule chose sans comprendre l'autre est, selon lui, toujours une mauvaise solution.

Le volcan Sinabung projette une haute colonne de fumée

1 / 15
Le volcan Sinabung projette une haute colonne de fumée
source: sda / sastrawan ginting
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Ali Abbas, coiffeur au savoir-faire original

Plus d'articles sur le Covid en Suisse

Les mesures anti-Covid ont-elles été proportionnées?

Link zum Artikel

Pourquoi les hospitalisés du Covid sont plus jeunes aujourd'hui

Link zum Artikel

Le plan de sortie de pandémie de Berne est-il bien légal?

Link zum Artikel

Tous les chiffres du coronavirus en Suisse

Link zum Artikel

Humeur

Cette vidéo sur la dépression nous a fait du bien et vous en fera aussi

La célèbre youtubeuse française Coline a parlé de sa dépression avec coeur dans une vidéo. Une fissure du tabou autour de la santé mentale qui tombe pile au bon moment.

Toi aussi tu réponds «oui, oui!» quand on te demande si ça va, même quand ce n’est pas vrai? Toi aussi, tu pleures parfois en secret, en maudissant ces pauvres larmes qui coulent sur tes joues, parce que sur le papier ta vie est parfaite? Ce jeudi, je suis tombée sur une vidéo qui va te faire du bien.

Je rembobine. Coline, c’est une youtubeuse française. La trentaine, deux gamins adorables, un chéri aimant et un job épanouissant qui ramène de la thune. Coline, c’est la nana qui …

Lire l’article
Link zum Artikel