DE | FR
Bild

La gestion de la crise liée au Covid-19 coûte des milliards à l'Etat, ici le ministre des Finances, Ueli Maurer. Et il faudra bien que quelqu'un paie. keystone / shutterstock / montage watson

L'Etat dépense des milliards pour lutter contre le Covid-19. Qui va payer pour ça?

Des milliards de francs ont déjà été dépensés par l'Etat. Le Conseil national en demande plus. De combien d'argent parle-t-on? Et qui paiera?



La crise liée au Covid-19 est en train de dévaster l'économie. Des gens perdent leur emploi, d'autres se voient contraints de licencier du personnel ou de fermer leur entreprise, d'autres encore nagent en pleine incertitude depuis des mois et des mois. Dans le pire des cas, certains se donnent la mort.

Du côté de l'Etat, les coûts des mesures visant à limiter les dégâts et à lutter contre le virus se comptent en milliards. On évalue ce montant à 25 milliards de francs rien que pour l'année 2021. C'est l'info développée le 10 mars par la Neue Zürcher Zeitung (NZZ) sur la base de nouvelles données.

Soyons francs, ce chiffre ne nous dit pas grand chose, même s'il paraît grand. Or, l'affaire nous concerne tous. Parce que:

  1. Les mesures du Conseil fédéral ont un impact direct ou indirect sur notre quotidien.
  2. Une fois actifs professionnellement, nous contribuons au financement de l'Etat via nos impôts.
  3. Nos représentants du Conseil national ont plaidé à Berne pour une augmentation des indemnités, proposition que la chambre haute (le Conseil des Etats) a refusée en l'état ce mercredi 10 mars.

Regardons donc tout cela de plus près, en cinq questions (et cinq réponses, dont la majeure partie de la matière est tirée de l'article pré-cité de la NZZ):

Combien coûte le Covid à la Confédération?

Quant aux cantons?

D'où vient l'argent?

A quoi sert-il?

Qui devra payer?

Ceci pourrait également vous intéresser:

Le Conseil fédéral ne sera pas forcé de rouvrir les bistrots

Link zum Artikel

Lego touche le jackpot grâce aux confinements

Link zum Artikel

Refus de l’e-ID: la Suisse a un problème avec le numérique

Link zum Artikel

Voici pourquoi 41% des aides financières n'ont pas été versées à Genève

Link zum Artikel

Analyse

Ce qu’on n’ose pas se dire sur le terrorisme en Suisse avant le vote

Le 13 juin, le peuple est appelé à voter sur la loi accordant à la police des moyens supplémentaires de lutte contre le terrorisme. Une gêne entoure ce scrutin, qui ne porte pas seulement sur le djihadisme ou les néonazis, mais sur tout type d'activisme susceptible de prendre une forme radicale, que ce soit le féminisme ou la cause écologiste. Prévenir le passage à la violence, telle est la mission du service de renseignement suisse.

Un train peut en cacher un autre. Disons qu’un gros train peut en cacher de plus petits. Ce gros train, c’est un gros mot: «Terrorisme». Il fait l’objet d’une loi sur laquelle nous voterons le 13 juin. Il s’agira de dire si oui ou non, nous voulons accorder plus de moyens préventifs à la police dans le cadre de la lutte anti-terroriste. Soyons clairs – la chose n’étant que très rarement dite, y compris par l’autorité fédérale: Le terrorisme islamiste.

Mais la cheffe du Département de justice et …

Lire l’article
Link zum Artikel