DE | FR
Mark Zuckerberg, Facebook, politique

Facebook veut s'éloigner du débat politique

Mark Zuckerberg souhaite minimiser l'influence de son réseau social sur l'échiquier politique. Grosse annonce pour petits résultats, puisque les recommandations de Facebook sont loin d'avoir l'influence qu'on veut leur retirer.



Facebook, qui avait contribué au printemps arabe il y a dix ans, entend désormais s'éloigner des combats politiques. Son patron, Mark Zuckerberg, a annoncé mercredi que le réseau social ne recommanderait plus à ses utilisateurs les groupes militants ou politiques.

Cette mesure avait déjà été prise aux Etats-Unis cet automne pour tenter d'apaiser les échanges à l'approche d'élections américaines sous tension. L'objectif est de «calmer le jeu» et de «décourager les conversations clivantes», a expliqué M. Zuckerberg lors de la présentation des résultats trimestriels de son groupe. On se souvient cependant que les élections se sont achevées par la prise du Capitole, début janvier.

Depuis l'élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis d'Amérique et le Brexit en 2016, le géant des réseaux sociaux vit au rythme des controverses et des scandales politiques. De larges pans de la société civile lui reprochent de servir de base à des personnes et organisations qui incitent à la violence. Et ce, avec ou sans recommandations du réseau social.

Au printemps, au début de la pandémie de Covid-19, de nombreux annonceurs ont retiré leurs campagnes pour revoir leur message ou faire des économies. À l'été, des centaines de marques ont boycotté la plate-forme pour exiger une meilleure modération des contenus dits «haineux», dans la foulée des manifestations contre le racisme systémique aux Etats-Unis. (ats/afp)

Plus d'articles sur les «GAFAM»

Vol de données Facebook: 23% des lecteurs de watson concernés

Link zum Artikel

Jeff Bezos VS les syndicats: dernier round du combat contre Amazon

Link zum Artikel

500 millions de données sur le Net, Facebook accusé de «négligence absolue»

Link zum Artikel

Facebook, Twitter et Google (encore) face à la menace de la désinformation

Link zum Artikel

Licenciements chez Swiss: «On s'y attendait»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Les fausses infos anti-vaccins sur Facebook, c'est fini

Du moins, c'est ce que le réseau social a annoncé, lundi, en affirmant vouloir redoubler d’efforts en faveur de la vaccination contre le coronavirus.

L'entreprise américaine veut en faire davantage pour «retirer les fausses affirmations circulant sur Facebook et Instagram à propos du Covid-19 et des vaccins en général pendant la pandémie», a-t-elle indiqué dans un communiqué ce lundi 8 février. Pour ce faire, le géant des réseaux sociaux renforcera les informations soutenant les campagnes nationales de vaccination tout en supprimant, désormais, l'entièreté des publications contenant de fausses allégations sur le sujet.

Les messages affirmant …

Lire l’article
Link zum Artikel