DE | FR

Pour un amiral américain, la Chine est sur le point d'envahir Taïwan

epa02834495 Members of the Chinese People's Liberation Army (PLA) Guard of Honor are exercising during an organized visit for the press to the base of the guard of honor in Beijing, China, 21 July 2011. Ahead of Army Day, celebrated on 01 August, China showed the PLA's Guard of Honor to media members in an effort to 'allow reporters to get close to the soldiers and understand the thinking of the PLA', as explained by a defense ministry spokesman. EPA/DIEGO AZUBEL

Vers une escalade militaire en Mer du Chine du sud ? Image: EPA

L'hypothèse que la Chine envahisse l'île serait bien plus sérieuse et imminente que beaucoup ne le pensent, selon John Aquilino, amiral américain de la région indo-pacifique.



Pour l'amiral Aquilino, la reconquête de cette île que Pékin considère comme partie intégrante de son territoire, est la «priorité numéro 1» de la Chine.

Pour ce militaire, la menace est telle que les Etats-Unis devraient débloquer 27 milliards de dollars pour renforcer «à court terme et de toute urgence» les capacités de défense américaine dans la région.

«Le Parti communiste chinois a généré certaines capacités dans la région destinée à nous tenir à l'écart»

John Aquilino

La Chine considère Taïwan comme une de ses provinces et menace de recourir à la force en cas de proclamation formelle d'indépendance ou d'intervention extérieure. Washington est l'allié le plus puissant de l'île et continue de lui fournir des armes.

Une invasion risquerait aussi de mettre en péril la crédibilité des Etats-Unis auprès de ses alliés asiatiques, comme le Japon, la Corée du Sud et les Philippines. «Si nous venions à avoir un conflit à Taïwan, le statut des Etats-Unis, en tant que partenaire de nos alliés serait en jeu», a-t-il mis en garde.

La réunification est devenue la principale question de politique extérieure de la Chine continentale

L’administration Biden ne cache pas sa volonté de tenir ferme ses positions concernant son alliance avec l’île. Il faut dire que pour montrer son mécontentement à l’égard de la Chine communiste, Joe Biden avait invité la représentante de Taïwan aux États-Unis à son investiture. Pékin n’a pas apprécié.

La stratégie militaire du Parti communiste chinois en mer de Chine du sud est évidente, bien que Xi Jinping ait affirmé que les îles dans cette régions n’étaient pas militarisées. Peter martin, journaliste à Bloomberg

Depuis que le gouvernement de Xi Jinping a tordu le cou aux mouvements démocratiques de Hong Kong, tous les yeux se tournent vers Taïwan. La réunification est devenue la principale question de politique extérieure de la Chine continentale. Plus cette Chine devient totalitaire, moins les Taïwanais sont intéressés à troquer leur démocratie contre le joug du Parti communiste chinois. La façon dont Hong Kong est traité par Pékin effraie à juste titre les Taïwanais.

Or, la puissance militaire des États-Unis a diminué depuis 40 ans. Au point où il est douteux que l’armée américaine puisse remporter une victoire régionale contre la Chine avec de l’armement classique. Le gouvernement américain irait-il pour défendre Taïwan jusqu’à mettre en danger ses propres territoires avec de l’armement nucléaire? (ats/ga)

Plus d'articles concernant la Chine

Un rapport de l'OMS sème le trouble entre la Chine et les USA

Link zum Artikel

Un deuxième canadien face à la justice chinoise pour «espionnage»

Link zum Artikel

Les Etats-Unis cherchent à se réconcilier avec la Chine

Link zum Artikel

La Chine devient le premier partenaire commercial de L'UE

Link zum Artikel

Le Parlement canadien reconnaît le génocide ouïghour, la Chine fâchée

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Commémoration de Tiananmen: la Chine censure même les emojis

En plus d'interdire la veillée de commémoration de Tiananmen pour la deuxième année consécutive, la Chine censure les emojis qui pourraient être associés à cette journée.

Ce vendredi 4 juin marque le 32e anniversaire de la répression brutale du gouvernement chinois contre les manifestants pro-démocratie à Pékin.

Et, comme chaque année, cette commémoration est vue d'un très mauvaise oeil par les autorités chinoises. Photos, chiffres, mots: en Chine, toute référence à la répression est expurgée d'internet. Mais cette année, la censure est montée d'un cran. Tous les emojis potentiellement associés à cette journée - tels que les gâteaux ou les bougies - …

Lire l’article
Link zum Artikel