DE | FR

9000 dollars d'aide pour les familles dont un membre est mort du Covid

Bild

Image: sda

L'Administration américaine veut lancer un programme d'aide, dès la semaine prochaine, pour couvrir les frais d'enterrement de ses citoyens décédés du coronavirus.

Jason Huther
Jason Huther



L'Administration Biden lancera, la semaine prochaine, un programme d'assistance funéraire qui fournira jusqu'à 9000 dollars pour couvrir les frais d'enterrement de chaque Américain décédé du Covid-19, rapporte le Washington Post. Il s'agit, selon le quotidien américain, du plus grand programme de ce type jamais offert par le gouvernement.

«Le but est d'aider à réduire les contraintes financières que les gens ont pu subir dans ce qui est déjà une période déchirante et très difficile»

Kevin Walters, porte-parole du département du commerce et des assurances du Tennessee.

Ce système de financement est ouvert aux familles, et ce peu importe leurs revenus. A noter que l'Agence fédérale de gestion des urgences (Fema pour «Federal emergency management agency») a déjà remboursé des frais d'inhumation par le passé, mais elle n'a jamais proposé un paiement aussi important à autant d'Américains. En 2017, par exemple, la Fema a versé 2,6 millions de dollars à 976 personnes pour les frais d'obsèques de victimes de trois ouragans, soit une moyenne de 2664 dollars par demandeur, explique le Washington Post.

Comment cela va fonctionner? Kevin Walters, le porte-parole du Département du commerce et des assurances du Tennessee a expliqué à News Channel 5 que les gens auront besoin d'un certificat de décès qui mentionne que le Covid-19 en est la cause «et puis, deuxièmement, une preuve des frais funéraires encourus.»

Mais avec le Covid, les frais pourraient prendre l'ascenseur. En effet, plus de 557 000 Américains sont morts du Covid, selon l'Institut John Hopkins, aux Etats-Unis. Le coût final de l'opération de remboursement n'est pas connu.

Plus d'articles sur le thème «Covid-19»

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

L'Etat dépense des milliards pour lutter contre le Covid-19. Qui va payer pour ça?

Link zum Artikel

L'immunité Covid-19 existe-t-elle? Qui contrôle les autotests?

Link zum Artikel

Entre passeport vaccinal et confinement, le Covid dans le monde

Link zum Artikel

Les vaccins, efficaces ou non? Et le masque, c'est pour la vie? On fait le point

Link zum Artikel

Pour l'OFSP, l'attestation de vaccination doit devenir un certificat Covid-19

Link zum Artikel

L'Union européenne va limiter les exportations de vaccins

Link zum Artikel

Et vogue la troisième vague

Link zum Artikel

Le passeport vaccinal pour l'Europe (Suisse comprise), c'est quoi?

Link zum Artikel

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Art et Covid, l'installation «It is like it is» à Berlin

1 / 12
Art et Covid, l'installation «It is like it is» à Berlin
source: sda / clemens bilan
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Les jeunes ne pourront plus se droguer au sirop pour la toux

Les antitussifs contiennent de la codéine et de la dihydrocodéine ou du dextrométhorphane. Ces principes actifs sont considérés comme des substances psychoactives.

Des sirops antitussifs contenant de la codéine ou de la dextrométhorphane ne peuvent être délivrés que sur ordonnance d'un médecin en raison de leurs effets psychoactifs. Le Tribunal administratif fédéral (TAF) a pris cette décision dans deux arrêts pilotes.

Selon Swissmedic, les deux préparations sont utilisées comme drogues récréatives, en particulier par les adolescents et les jeunes adultes.

Le TAF a examiné la reclassification de ces substances et les a placés dans la catégorie «remise …

Lire l’article
Link zum Artikel