DE | FR
Bild

Il est avéré que le fait d'avoir chopé le coronavirus une fois ne protège pas pour toute la vie. Shutterstock

6000 francs pour rechoper le Covid? Au Royaume-Uni, c'est possible!

Des chercheurs de l'Université d'Oxford cherchent des volontaires afin de comprendre comment le coronavirus fait pour infecter plusieurs fois une même personne.

Jason Huther
Jason Huther



A quelle quantité de virus faut-il être exposé pour être réinfecté au Covid? C'est en substance la question que se pose l'Université d'Oxford. Car oui, il est avéré que le fait d'avoir chopé ce coronavirus une fois ne protège pas pour toute la vie. La prestigieuse institution cherche donc 64 volontaires. Les critères?

Attention, ce n'est pas du bénévolat, les cobayes seront rétribués un peu moins de 5000 livres (soit environ 6000 francs). Ils seront mis en quarantaine pendant 17 jours et pris en charge par les chercheurs dans un hôpital jusqu'à ce qu'ils ne risquent plus d'infecter personne, rapporte Skynews.

Ceux qui développeront des symptômes graves recevront un traitement mis au point par Regeneron. Ce dernier contient des anticorps fabriqués en laboratoire, qui réduisent le risque de progression de la maladie.

Pourquoi vouloir réinfecter?

Ce genre de recherche par «infection contrôlée» («challenge studies», en anglais) ont un vrai intérêt, rappelle BBC science magazine. En effet, ces études ont joué un rôle clé dans le développement de traitements pour des maladies telles que le paludisme, la tuberculose, la typhoïde, le choléra et la grippe.

«Les études par provocation expérimentale nous enseignent des choses que les autres études ne peuvent pas nous apprendre, car contrairement à l'infection naturelle, elles sont étroitement contrôlées»

Helen McShane, professeur de vaccinologie au département de pédiatrie de l'université d'Oxford et responsable de l'étude.

Si les réinfections par le Covid sont plutôt rares, des recherches récentes suggèrent qu'une infection antérieure ne protège pas totalement les jeunes contre une réinfection. Récemment publiée dans The Lancet et impliquant des militaires américains âgés de 18 à 20 ans, a montré qu'entre mai et novembre 2020, environ 10% de ceux qui avaient déjà attrapé le coronavirus ont été réinfectés.

Attraper le Covid au nom de la science ça vous tente?

Comment va se dérouler l'étude?

Les expérimentations d'Oxford se dérouleront en deux phases:

  1. 64 volontaires en bonne santé, seront infectés pour établir quelle est la dose la plus faible de virus qui peut s'installer dans le corps et commencer à se répliquer.
  2. Une fois cette dose établie, elle sera utilisée pour infecter les participants à la deuxième phase de l'étude, qui devrait débuter cet été.

La durée totale de l'étude sera d'un an et comprendra huit rendez-vous de suivi après la sortie de l'hôpital. Helen McShane a déclaré au Evening Standard:

«Les informations tirées de ces travaux nous permettront de concevoir de meilleurs vaccins et traitements, mais aussi de comprendre si les gens sont protégés après avoir reçu le Covid, et pendant combien de temps.»

A noter, pour finir, que le virus utilisé dans l'étude sera la souche originale de Wuhan, en Chine, car c'est celle sur laquelle nous avons le plus de données. Toutefois, des discussions étaient en cours pour inclure l'une des nouvelles variantes du coronavirus.

Pour en savoir plus sur l'actualité Covid-19

La Suisse doit changer d'air pour lutter contre le Covid

Link zum Artikel

«Que pensez-vous des jeunes qui grognent contre les restrictions Covid?»

Link zum Artikel

Les vaccins, efficaces ou non? Et le masque, c'est pour la vie? On fait le point

Link zum Artikel

L'immunité Covid-19 existe-t-elle? Qui contrôle les autotests?

Link zum Artikel

Une année de Covid-19, retour en images

1 / 13
Une année de Covid-19, retour en images
source: sda / alessandro crinari
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

World of Watson: gestes barrières

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel

Quel skieur es-tu ?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

«Les notes vocales, c'est un truc d'égoïste»

Link zum Artikel

Sortir de nos canapés a fait du mal à Netflix

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

On peut prédire s'il y aura beaucoup de tiques, selon une étude suisse

Chaque année, les experts se demandent s'il y aura beaucoup de tiques. Selon une étude neuchâteloise, on a maintenant la réponse: il faut regarder du côté des hêtres.

Si les hêtres ont produit beaucoup de graines, il y aura beaucoup de tiques deux ans plus tard. Voici en substance ce que révèle une étude menée par l'Université de Neuchâtel (Unine) faisant l’objet d’un article dans la revue scientifique Parasites and Vectors. Techniquement, ça marche comment?

Le lien entre les hêtres et la borréliose de Lyme, une infection bactérienne véhiculée par les tiques, constitue une étape importante pour la recherche, relève l'Unine. L'incidence de cette maladie, …

Lire l’article
Link zum Artikel