DE | FR

Deux ex-premiers ministres espagnols nient tout financement illégal

Espagne corruption premier ministre euros billets de banque malette

shutterstock

Actuellement en procès, deux anciens premiers ministres espagnols nient l'existence d'un financement illicite de leur parti.



Mariano Rajoy et José Maria Aznar, tous deux anciens premiers ministres de l'Espagne, ont nié mercredi l'existence d'un financement illicite de leur formation, le Parti Populaire (PP). Et ce malgré les déclarations contraires d'un ancien trésorier, lors du procès qui se tient actuellement près de Madrid.

Répondant via vidéo-conférence aux questions du tribunal de l'Audience nationale, Mariano Rajoy, à la tête du gouvernement de 2011 à 2018, et José Maria Aznar, qui l'a été de 1996 à 2004, ont de nouveau nié catégoriquement l'existence d'une comptabilité parallèle au sein de leur formation.

Cette affaire a pour protagoniste Luis Barcenas, un ancien trésorier de la formation. Cet homme – qui avait pour habitude de tenir cette comptabilité scrupuleusement sur papier – a accusé Mariano Rajoy d'avoir reçu des fonds d'origine illégale avant de prendre la tête du gouvernement.

La condamnation du PP et de plusieurs de ses cadres dans ce procès tentaculaire avait entraîné un séisme politique en Espagne. L'actuel président du PP, Pablo Casado, tente de prendre ses distances avec ces scandales et a même décidé de déménager le siège du parti. (ats)

Plus d'articles «Actu»

Le premier café à chats de Suisse a ouvert (et ils ont tous les droits)

Link zum Artikel

La vie politique lève le voile sur son financement. Voici comment ça marche

Link zum Artikel

4 mois de prison pour le «gifleur» de Macron

Link zum Artikel

Six femmes exploitées sans salaire par des diplomates à Genève

Link zum Artikel

Affaire Epstein, Ghislaine Maxwell reste derrière les barreaux

Ghislaine Maxwell, l'ancienne collaboratrice du milliardaire Jeffrey Epstein, accusé d'abus sexuels sur des dizaines de mineures, reste en prison. Elle avait fait une demande de libération, en raison de ses conditions de détention.

Pas de libération sous caution pour Ghislaine Maxwell: une cour d'appel fédérale a rejeté, mardi, un recours des avocats de l'ex-collaboratrice de Jeffrey Epstein. Celle-ci affirmait que ses conditions de détention étaient si «horribles» qu'elle ne pouvait pas préparer correctement son procès.

Dans une brève décision, les trois juges de la cour d'appel ont confirmé le maintien en détention de cette ex-figure de la jet-set, incarcérée à New York depuis juillet 2020. Elle est accusée du …

Lire l’article
Link zum Artikel