DE | FR

Netanyahou revendique une «immense victoire» aux Législatives

Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu prepares to cast his ballot at a polling station as Israelis vote in a general election, in Jerusalem, Tuesday, March 23, 2021. Israelis began voting on Tuesday in the country's fourth parliamentary election in two years

6 578 084 de citoyens ont été invités à se rendre dans les 13 685 bureaux de vote du pays pour élire le prochain gouvernement. Image: sda

Selon les sondages à la sortie des urnes, le parti du Premier ministre sortant remporte le plus de sièges au Parlement. Sans garantie d'obtenir une majorité pour former un gouvernement.



Malgré un taux de participation à la baisse, le Premier Ministre israélien scandait une« immense victoire de la droite» à la sortie des urnes. Son parti, le Likoud, remporte entre 31 et 33 sièges sur les 120 de la Knesset, le Parlement.

Le parti de Nétanyahou est donc loin devant le parti Yesh Atid («Il y a un futur») du centriste Yaïr Lapid. Ce dernier est crédité de 16 à 18 sièges. Suivent ensuite près d'une dizaine de partis sous la barre des dix sièges.

Qui seront les alliés du Likoud?

Ceci dit, une majorité de 61 députés est requise pour former un gouvernement. Le chef du Likoud compte pour cela sur des alliances avec les formations religieuses et, nouveauté, avec l'extrême droite.

Le «bloc Nétanyahou»

De son côté, Yaïr Lapid table sur une entente avec des partis de gauche, du centre mais aussi de droite déçus par le Premier ministre. Selon ces projections, le «bloc Nétanyahou» comptera entre 51 et 56 députés, contre 48 à 52 pour celui mené par son rival. Lapid compte sur de bonnes performances de ses alliés de gauche.

Dans ce scrutin aux airs de référendum sur le Premier ministre sortant, le chef du parti de la droite radicale (qui oscille entre 6 et 8 sièges selon les projections) n'a toujours pas choisi officiellement son camp. La riposte du Netanyahou au «bloc» qui s'érige contre lui repose peut-être entre les mains de la décision des radicaux de droite. Une affaire à suivre. (ats)

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Netanyahou menacé par un type encore plus à droite que lui

La droite radicale a ouvert la voie à la formation d'un nouveau gouvernement, en Israël. Cela pourrait faire tomber Benjamin Netanyahou, premier ministre le plus pérenne de l'histoire du pays.

En apportant, dimanche, son soutien au chef de l'opposition israélienne, le chef de la droite radicale, Naftali Bennett, a ouvert la voie à la formation d'un «gouvernement du changement». Il pourrait remplacer Benjamin Netanyahou, premier ministre d'Israël depuis 25 ans:

«J'annonce que je vais tout faire pour former un gouvernement d'union avec mon ami Yaïr Lapid», a déclaré, dimanche soir, Naftali Bennett, qui cultivait depuis plusieurs semaines le mystère sur ses intentions. «Dans ces …

Lire l’article
Link zum Artikel