DE | FR

Le torchon brûle entre Prague et Moscou

epa09139166 Activists remove a naked statue of Russian President Vladimir Putin sitting on golden toilet bowl during a small protest in front of Russian embassy, in Prague, Czech Republic, 16 April 2021. A few activists placed a pedestal in front of the building of Russian embassy as they protested against the imprisonment of Russian opposition leader and blogger Alexei Navalny, human rights abuses in Russia and Russian aggression against Ukraine.  EPA/MARTIN DIVISEK

Image: sda

La Russie a annoncé, dimanche, l'expulsion de 20 employés de l'ambassade tchèque à Moscou. Une mesure de rétorsion attendue après l'expulsion par Prague de diplomates russes accusés d'espionnage et de sabotage.



Les représailles russes n'ont pas tardé. Vingt employés de l'ambassade tchèque à Moscou ont été déclarées «persona non grata» et devront quitter le pays avant la fin de la journée lundi 19 avril. Cette mesure intervient au lendemain de l'expulsion de 18 diplomates russes par la République tchèque qui les accuse d'espionnage.

Qualifiant la décision des autorités tchèques de «sans précédent», Moscou a dénoncé des accusations «infondées et farfelues» portées contre ses diplomates.

«Des preuves irréfutables»

La république tchèque a expulsé 18 diplomates russes identifiés comme des agents des services d'espionnage de Moscou. Prague a assuré samedi avoir «des preuves irréfutables» impliquant des agents du renseignement militaire russe, dans l'explosion d'un dépôt de munitions à Vrbetice en 2014, faisant deux morts.

La police de république tchèque a fait le lien entre les auteurs du sabotage et la tentative d’empoisonnement de Sergueï Skripal car les présumés suspects ont utilisé le même passeport. L’enquête, suspendue en 2915, avait dès lors repris après cette découverte, en 2018.

Les deux Russes qui seraient les auteurs du sabotage des dépôts de munitions ont été identifiés comme Alexander Mishkin et Anatoly Chepigov. Les mêmes faux passeports que les suspects de la tentative d'empoisonnement au Novitchok de l'ex-agent double Sergueï Skripal à Salisbury, en Grande-Bretagne, en 2018, rapporte le Times.

epa09143431 A woman holds flag of EU as people gather to protest in front of Russian embassy in Prague, Czech Republic, 18 April 2021. The Czech Republic allege that members of the Russian intelligence services were involved in an ammunition depot explosion in Vrbetice in 2014, Prime Minister Andrej Babis said during a press conference on 17 April 2021. Acting Czech Foreign Minister Jan Hamacek said 18 diplomats would be expelled from the Russian embassy in Prague and ordered to leave within 48 hours, after they were identified as members of the Russian secret services GRU and SVR.  EPA/MARTIN DIVISEK

Des manifestants pro-européen devant l'ambassade russe, à Prague. Image: sda

Manifestation à Prague

A Prague, une centaine de personnes brandissaient des banderoles sur lesquelles on pouvait lire «Nous ne sommes pas l'arrière-cour de la Russie» et scandaient «Honte» en agitant des drapeaux de l'UE et de l'Otan, rapporte BBC. La veille, la police avait arrêté sept personnes qui avaient déjà barbouillé le mur de l'ambassade avec du ketchup en guise de sang.

«Le Royaume-Uni soutient pleinement ses alliés tchèques, qui ont révélé jusqu'où les services de renseignements russes sont prêts à aller pour mener des opérations dangereuses et malveillantes en Europe»

Le ministre britannique des Affaires étrangères Dominic Raab

Malgré les conclusions de Londres concernant l'affaire de l’empoisonnement, Moscou a toujours démenti toute implication dans l'affaire Skripal. Jeudi, le ministère des Affaires étrangères britannique avait convoqué l'ambassadeur de Russie à Londres en raison des «activités malveillantes» attribuées à Moscou, dont des cyberattaques et les mouvements de troupes à la frontière ukrainienne. (ga)

Plus d'articles «International»

L'Italie ordonne la vaccination à ses soignants

Link zum Artikel

Les témoins du meurtre de George Floyd racontent l'horreur

Link zum Artikel

Le Royaume-Uni semble s'être débarrassé de l'hésitation vaccinale

Link zum Artikel

L'Etat de New York légalise la weed

Link zum Artikel

En Biélorussie, l'opposition appelle à nouveau à manifester

Link zum Artikel

5 questions que pose le fameux passeport vaccinal

Link zum Artikel

L'homosexualité reste un «péché» pour le Vatican

Link zum Artikel

Le vaccin local sera nécessaire pour entrer en Chine

Link zum Artikel

La Suisse aussi prend des risques avec la vaccination

Link zum Artikel

L'Europe met fin à la fuite de l'indépendantiste catalan Puigdemont

Link zum Artikel

Licenciements chez Swiss: «On s'y attendait»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

L'état de santé d'Alexeï Navalny se détériore en prison

L'avocate de l'opposant russe Alexeï Navalny, qui purge actuellement une peine de deux ans et demi de prison, a tiré la sonnette d'alarme mercredi sur son état de santé.

L'état de santé du dissident russe, Alexeï Navalny, serait au plus bas, selon sa conseillère juridique. Elle avance également que l'opposant a pu voir un neurologue, mais ce dernier refuserait d'établir un diagnostic. Le spécialiste se contenterait de lui donner des cachets d'Ibuprofen, un médicament anti-inflammatoire.

L'avocate a ajouté qu'elle n'a pas pu avoir accès mercredi à son client, qui est détenu dans une colonie pénitentiaire de Pokrov, à 100 km à l'est de Moscou, réputée …

Lire l’article
Link zum Artikel