DE | FR

La Nouvelle-Zélande veut devenir le premier pays sans cigarettes

FILE - This March 28, 2019 photo shows cigarette butts in an ashtray in New York. On Tuesday, March 9, 2021. Lung cancer is the nation

Environ 4500 Néo-Zélandais meurent chaque année du tabac. Image: sda

Pour devenir une nation sans tabac d'ici 2025, le gouvernement entend interdire prochainement de fumer à toute personne née après 2004.



Le gouvernement de Yacinda Ardern a avancé une série de propositions peut-on lire dans le Guardian , telles que l'augmentation progressive de l'âge légal pour fumer. Une réduction significative du niveau de nicotine autorisé était également envisagée, de même que l'interdiction des filtres, la fixation d'un prix minimum et la restriction des lieux de vente autorisés.

Le tabagisme est responsable d'un décès par cancer sur quatre en Nouvelle-Zélande

Environ un demi-million de Néo-Zélandais fument quotidiennement. Les effets de cette situation sont les plus ressentis parmi les Maoris, les peuples autochtones de Nouvelle-Zélande: les femmes maories ont les taux de tabagisme les plus élevés du pays, avec environ 30% de fumeurs. Le cancer est la principale cause de décès chez les femmes maories et la deuxième cause chez les hommes maoris.

Le tabac, reflet des injustices sociales

Les propositions ont été bien accueillies par un certain nombre d'organisations de santé publique. La directrice générale de la Ligue du cancer, Lucy Elwood, fait remarquer que le nombre de point de vente de tabac était quatre fois plus élevé dans les collectivités à faible revenu. Le tabagisme y est, de ce fait, bien plus élevé. «Ces injustices flagrantes sont la raison pour laquelle nous devons protéger les générations futures des méfaits du tabac», declare t-elle dans le NZherald.

Marché noir du tabac

Mais le projet a également fait l'objet de critiques.Certains s'inquiétant des conséquences économiques de la faillite en chaîne des buralistes mais aussi du développement anarchique d'un marché noir du tabac. Le gouvernement a reconnu que c'était un risque. D'autres encore estiment que ce projet va trop loin, faisant valoir que ces mesures sont une immixtion insupportable dans la vie privée des Néo-Zélandais. (ga)

Plus d'articles «International»

L'Italie ordonne la vaccination à ses soignants

Link zum Artikel

Les témoins du meurtre de George Floyd racontent l'horreur

Link zum Artikel

Le Royaume-Uni semble s'être débarrassé de l'hésitation vaccinale

Link zum Artikel

L'Etat de New York légalise la weed

Link zum Artikel

En Biélorussie, l'opposition appelle à nouveau à manifester

Link zum Artikel

5 questions que pose le fameux passeport vaccinal

Link zum Artikel

L'homosexualité reste un «péché» pour le Vatican

Link zum Artikel

Le vaccin local sera nécessaire pour entrer en Chine

Link zum Artikel

La Suisse aussi prend des risques avec la vaccination

Link zum Artikel

L'Europe met fin à la fuite de l'indépendantiste catalan Puigdemont

Link zum Artikel

Licenciements chez Swiss: «On s'y attendait»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

A mots voilés, le patron de l'OMS dénonce l'attitude chinoise et russe

Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé a mené la charge contre la diplomatie vaccinale, sans dénoncer directement la Russie et la Chine.

Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a dénoncé, lundi, la diplomatie vaccinale. Il y voit des «manoeuvres géopolitiques», qui ne font que retarder la fin de la pandémie.

Une seconde, la diploquoi? La diplomatie vaccinale c'est quand un Etat propose de l'aide à un autre et en contrepartie, en tire avantage. Cela lui permet d'étendre son influence politique.

Interrogé sur les pratiques de certains pays comme la Chine ou la Russie qui …

Lire l’article
Link zum Artikel