DE | FR
Bild

Les discussions autour d'un document d'attestation de vaccination se multiplient, tout comme les doutes au sujet de son équité. Tout ça, à deux pas des vacances. Image: Keystone/Shutterstock

Best of watson

5 questions que pose le fameux passeport vaccinal

Il est sur toutes les lèvres. Sera-t-il le sésame pour sortir de la crise, permettre de reprendre une vie normale, et même, soyons fous, de voyager à l’étranger? Ou, au contraire, un monstrueux objet de discrimination posant des problèmes d’éthique?



Le passeport vaccinal, c'est quoi?

On parle ici de tout dispositif qui permettrait à un individu de prouver qu’il a été soit vacciné contre le Covid-19, soit qu’il dispose d’anticorps après qu’il a attrapé ou est guéri de la maladie, soit encore qu’il a effectué un test PCR ou antigénique très récent. Le dispositif pourrait aller de documents en papier émis par les gouvernements (une simple carte, une attestation) à une application numérique sur smartphone avec un code qui déverrouillerait toutes sortes d’accès, par exemple couplé avec une carte d’embarquement aérienne.

La conception de ce fameux document miracle promet en tous cas de belles foires d’empoigne: personne n’est d’accord, et les bases légales manquent. Le conditionnel est donc de rigueur car nous n’en sommes pour l’instant qu’aux hypothèses, à une exception près.

Qui l'utilise déjà?

Israël. Le «Green Passport» lancé le 21 février est une application à usage interne dans le pays, qui a accompagné la sortie d’un troisième confinement sévère. Elle permet par exemple d’accéder aux fitness, à des lieux publics fermés comme des salles de concert – encore faudrait-il qu’il y en ait.

Dans l’esprit du gouvernement, elle est aussi un outil «pour encourager les gens à se faire vacciner en leur montrant que cela offre des bénéfices.» Mais si Israël a pu se permettre un tel geste, c’est d’abord parce que le pays est le champion du monde de la vaccination: plus de 85% des plus de 40 ans ont déjà reçu la double injection.

epa09064822 A woman showcases the new China's international travel health certificate application example for smartphones in Shanghai, China, 10 March 2021. The official launch of the Chinese version of the 'International Travel Health Certificate' on the WeChat smartphone application occured on 10 March. According to China's Ministry of Foreign Affairs, the certificate has an encrypted code for verification of the holder's personal information and nucleic acid test, serum antibody test, and vaccine inoculation. EPA/ALEX PLAVEVSKI

La Chine a lancé ces derniers jours un essai d'application certifiant la vaccination du porteur. image: ats

Et ailleurs? Le Danemark, le Royaume-Uni et les Etats-Unis étudient l’introduction d’un passeport vaccinal, ce qui soulève de nombreuses questions et oppositions. La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a dit que l’UE travaillait aussi sur un dispositif commun éventuel pour l’été. Mais on est encore très loin du compte.

Et la Suisse?

Chez nous pour l’instant, rien. L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) s’est contenté de dire que la chose était «en discussion». En soi, ce n’est pas si grave: la Suisse ne sera pas exclue, ou ne s’exclura pas, de l’inévitable harmonisation des procédures européennes quand celles-ci seront mises sur pied, et ce n’est pas pour tout de suite.

D’abord parce qu’elle se trouve au milieu du continent, entourée de pays membres de l’UE, et qu’elle fait partie de l’espace Schengen. Ensuite parce que rien, depuis le début de la crise, n’a isolé la Suisse de ses voisins. Pratiquement, les frontières restent ouvertes, et il est possible de les traverser en respectant les conditions actuelles: test PCR négatif et motif impérieux de déplacement. Enfin, et c’est le plus important, tant que le taux de la population vaccinée ne sera pas plus élevé, il est parfaitement illusoire d’imaginer l’introduction d’un «passeport sanitaire», sauf à accepter un système qui accorderait des privilèges particuliers à une toute petite minorité de la population. En Europe (sauf au Royaume-Uni à 35%), moins de 10% des adultes ont reçu le vaccin.

Voyager (ou non)?

Cet été, passeport vaccinal ou non, ne passeront que ceux qui pourront prouver soit qu’ils ont reçu les deux doses, soit qu’ils ont les anticorps après la maladie, ou encore qu’ils ont été testés peu de jours auparavant. Ce qui ne diffère en somme guère de la situation actuelle.

Quoiqu’il en soit, les destinations du sud de l’Europe rivalisent d’ardeur pour montrer qu’elles seront prêtes à accueillir des visiteurs, et certaines dès les vacances de Pâques. La Sardaigne communique ainsi depuis quelques jours pour souligner qu’elle est une zona bianca dans l'échelle transalpine qui attribue des couleurs aux régions en fonction de la contagion du virus. La valeur R est à 0,6 sur la grande île de la Mer Tyrrhénienne, qui ne décompte plus que 50 contaminations pour 100 000 habitants ces trois dernières semaines.

«Les gens qui sont vaccinés contre le Covid-19, ont des anticorps ou un test négatif peuvent venir en Grèce cet été»

Harry Theokháris, ministre du tourisme grec, en conférence de presse à Athènes, le 8 mars 2021

La Grèce, le pays de l'UE qui pousse le plus à l'institution d'un passeport vaccinal (on comprend bien pourquoi), réfléchit à un système qui permettrait aux bataillons de touristes anglais vaccinés d’accéder directement à ses plages grâce à un certificat spécial – et tant pis pour le fair play britannique vis-à-vis des ses voisins européens. Rappelons que le Royaume-Uni ne fait plus partie de l'Union européenne.

Eine Fahne von Griechenland weht am Strand von Agios Prokopios, auf der groessten der kykladischen Inseln, Naxos, Griechenland, am 16. Juli 2015. (KEYSTONE/Alessandro della Valle) 

A Greek flag flies at the Beach of Agios Prokopios, on the largest of the Cycladic Islands, Naxos, Greece, July 16, 2015. (KEYSTONE/Alessandro della Valle)

Sur l'île de Naxos, dans les Cyclades. La Grèce pousse pour un passeport vaccinal européen. Image: KEYSTONE

Est-ce bien éthique?

C’est toute la question. Couper le monde en deux entre vaccinés et non-vaccinés paraît assez illusoire. Par ailleurs, comme le souligne le New York Times, «pour le moment, les vaccins vont surtout dans les pays riches, et dans ceux-ci, c’est la tranche la plus âgée et la plus aisée de la population qui en profite le plus». Un passeport vaccinal risquerait encore d’aggraver les inégalités sociales. Nicole Hassoun et Anders Herlitz, deux éthologues, résument bien le dilemme dans la revue Scientific American:

«Les passeports immunitaires sont la promesse d'un retour à une vie normale, aussi bien sur le plan social qu’économique. Mais avec l’inégalité de la distribution des vaccins par race, par classe sociale et par nationalité, il n’est pas évident que ce serait acceptable.»

En l’état, en tout cas dans les démocraties, il paraît exclu d’accorder des droits spécifiques à une population qui a eu la chance d’être vaccinée, tout en serrant la vis aux autres. En clair, le passeport vaccinal ne pourrait devenir une réalité que quand tous ceux qui le souhaitent auront eu l’occasion d’accéder au vaccin. Il sera ensuite de la responsabilité de ceux qui l’auraient refusé d’en subir les éventuelles conséquences.

Bild

Pas une idée neuve: la vaccination contre la fièvre jaune est encore exigée pour entrer dans de nombreux pays. image: archives

Mais là aussi, ce n’est pas clair: pourquoi un individu ne souhaitant pas se faire vacciner serait-il privé de droits fondamentaux, quelle serait la base légale? Les juristes ont du pain sur la planche. D'un autre côté, il convient également de se souvenir que le «carnet de vaccination» est vieux comme le monde. Dans de nombreux pays d’Afrique et d’Asie du sud, la vaccination contre la fièvre jaune est toujours obligatoire. Preuve de cette épineuse question juridique: le Conseil national a été saisi le 3 mars d’une interpellation urgente de la députée Aline Trede (Verts/BE): «Le Conseil fédéral estime-t-il que la mise sur pied d’un passeport vaccinal nécessiterait la création d'une base légale explicite?» A suivre.

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Best of watson

Quelles raisons derrière les violences israélo-palestiniennes? Décryptage

La colonisation, l'expropriation, le contrôle des territoires, les incarcérations massives et l'absence d'élection sont le terrain fertile qui permettent à la violence d'éclore entre Palestiniens et Israéliens.

Depuis plusieurs jours, le monde a les yeux tournés vers le conflit israélo-palestinien. Voilà plusieurs années que le Proche-Orient n'avait pas connu une telle escalade.

À Jérusalem-Est, après une semaine d'affrontements consécutifs à des menaces d'expulsion de familles palestiniennes, des tensions ont éclaté sur l'esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l'islam. L'esplanade a été investie par les forces de l'ordre israéliennes le vendredi 7 mai. Des heurts ont éclaté à …

Lire l’article
Link zum Artikel