DE | FR

«Ségrégation raciale» à l'Université de Columbia?

Columbia université étudiants bâtiment conservateurs Etats-Unis ségrégation

Image: Shutterstock

Branle-bas de combat à New York! En voulant célébrer les minorités, l'Université de Columbia est accusée de racisme et de démagogie par les conservateurs. Mais que se passe-t-il vraiment? On vous explique.



Réclamés depuis de nombreuses années par les étudiants, la grande université américaine a décidé d'organiser des événements célébrant l'identité ethnique, sexuelle et sociale de chacun.

Les conservateurs crient au scandale

Aux Etats-Unis, le média de droite, Fox News, a repris l'information et de nombreux conservateurs ont accusé l'Université de vouloir restaurer la ségrégation, en divisant les gens. Candace Owens, une des voix les plus fortes du mouvement, par ailleurs afro-américaine, a interpellé Columbia sur Twitter avec des mots forts:

«Toutes mes félicitations à l'université de Columbia d'avoir restauré la ségrégation en tentant d'être inclusif. Juste une question: si un élève est métisse Noir - Blanc, à quelle cérémonie doit-il participer?»

La réaction de Candace Owens.

La réaction de l'Université

Ils ont répondu à la polémique en ré-expliquant leur démarche: «les événements que nous proposons ont été mal représentés par certains. Nous voulons célébrer la diversité et non l'inverse».

L'interprétation d'un spécialiste des Etats-Unis

La semaine passée, c'était la polémique avec le créateur de BD pour enfants, Dr. Seuss. Cette semaine, c'est l'Université de Columbia. Demain, ce sera autre chose. Les conservateurs américains adorent créer des polémiques là où il n'y en a pas. Cela leur permet d'attiser la polémique, tout en attirant de l'audience.

David Sylvan, Professeur en relations internationales et en science politique au Graduate Institute de Genève.

Plus d'articles «Actu»

Le premier café à chats de Suisse a ouvert (et ils ont tous les droits)

Link zum Artikel

La vie politique lève le voile sur son financement. Voici comment ça marche

Link zum Artikel

4 mois de prison pour le «gifleur» de Macron

Link zum Artikel

Six femmes exploitées sans salaire par des diplomates à Genève

Link zum Artikel

Toujours aucune femme à la tête d'une grande société suisse

Parmi les vingt entreprises les plus cotées du pays, aucun poste de directeur général n'a encore été attribué à une femme. Pourtant, c'est la loi.

Une nouvelle législation, entrée en vigueur cette année, prévoit, pour les sociétés cotées en bourse d'au moins 250 employés, qu'il y ait une part de 30% de femmes dans les conseils d'administration et de 20% au sein des directions. Ce qui n'est pas le cas: dans l'ensemble, les 20 sociétés cotées en bourse suisse comptent 13% de femmes cadres dans leurs directions générales. Parmi ces entreprises, aucune n'a attribué le poste de directeur général à une femme et seule une …

Lire l’article
Link zum Artikel