DE | FR

Après Astrazeneca, Moderna se met à tester son vaccin sur des enfants

epa09070822 Five year old Brittany Siguenza watches as her mother receives a dose of the Moderna Covid-19 vaccine during a vaccine clinic for teachers and school administrators at the Rumney March Academy, in Revere, Massachusetts, USA, 12 March 2021. Massachusetts Governor Charlie Baker set aside four days for school personnel to be vaccinated after earlier being criticized for wanting schools to resume in person learning before all teachers were vaccinated. EPA/CJ GUNTHER

Image: EPA

La société de biotechnologie annonce avoir commencé des essais de son vaccin contre le Covid-19 sur des milliers d'enfants âgés de 6 mois à 11 ans.



Moderna indique que cet essai clinique concerne un total de 6'750 enfants aux Etats-Unis et au Canada. Il permettra d'étudier «la sûreté, la tolérance, la réactogénicité (production d'effets indésirables), et l'efficacité» du vaccin sur cette population.

Moderna produit déjà, pour les adultes, un vaccin anti-Covid administré en deux injections séparées de quatre semaines. Ce vaccin est fondé sur une technologie récente, l'ARN messager. (ats/jch)

Plus d'articles «Actu»

Le premier café à chats de Suisse a ouvert (et ils ont tous les droits)

Link zum Artikel

La vie politique lève le voile sur son financement. Voici comment ça marche

Link zum Artikel

4 mois de prison pour le «gifleur» de Macron

Link zum Artikel

Six femmes exploitées sans salaire par des diplomates à Genève

Link zum Artikel

Interview

«10 ans, c'est trop jeune pour décider seul si on veut être vacciné ou pas»

Les enfants dès 10 ans devraient pouvoir décider par eux-mêmes s'ils souhaitent être vaccinés, selon une lettre transmise par l'OFSP aux médecins et aux pharmaciens. Une responsabilité trop lourde à endosser avant au moins leur 12 ans, d'après la pédopsychiatre Laurence Mundinger. Entretien.

Dès 10 ans, les enfants devraient pouvoir décider seuls s'ils souhaitent se faire vacciner contre le Covid-19, même si c'est contre la volonté de leurs parents. Voilà la position défendue par l'OFSP dans une lettre transmise (en allemand) à PharmaSuisse, à la Conférence des directeurs de la santé des cantons et aux faîtières des médecins et des assureurs. Aux yeux des autorités, ce n'est pas la majorité du patient qui compte mais sa capacité à évaluer l'impact du vaccin sur son corps.

Une …

Lire l’article
Link zum Artikel