DE | FR
Ours en peluche fausse couche Nouvelle-Zélande famille couple enfants bébés

Image: Shutterstock

La Nouvelle-Zélande, premier pays à offrir un congé pour fausse couche

Le Parlement néo-zélandais a voté une loi donnant droit à un congé spécial de trois jours aux couples ayant souffert d'une fausse couche.



En Nouvelle-Zélande, les femmes faisant une fausse couche ou donnant naissance à un enfant mort-né, et leur conjoint, auront droit à un congé spécial de trois jours. Ce congé payé, évitera aux couples de se mettre en arrêt maladie. Une première mondiale.

La députée travailliste Ginny Andersen a expliqué que la mortinatalité – qui désigne la mort d’un fœtus viable, survenue soit pendant la grossesse, soit pendant le travail – devait être reconnue comme donnant droit à un congé de deuil dédié.

«Le deuil qui accompagne une fausse couche n’est pas une maladie, c’est une perte et il faut du temps pour se remettre physiquement et mentalement d’une telle perte»

Ginny Andersen, députée travailliste néo-zélandaise

Les fausses couches et naissances de bébés mort-nés sont encore globalement des sujets tabous. La députée espère également que d’autres pays commenceront à légiférer pour un système de congés juste, qui reconnaisse la douleur et le deuil qu’engendrent une fausse couche ou la naissance d’un enfant mort-né. (jch)

Plus d'articles «Actu»

Le premier café à chats de Suisse a ouvert (et ils ont tous les droits)

Link zum Artikel

La vie politique lève le voile sur son financement. Voici comment ça marche

Link zum Artikel

4 mois de prison pour le «gifleur» de Macron

Link zum Artikel

Six femmes exploitées sans salaire par des diplomates à Genève

Link zum Artikel

La vaccination obligatoire jugée «nécessaire» par la Cour européenne

Des parents d'enfants ayant été refusés par des écoles maternelles, pour non-vaccination, ont porté plainte auprès de la Cour européenne des droits de l'Homme. Celle-ci a donné raison aux maternelles. On vous explique.

L'affaire a suscité une polémique en République tchèque. Des parents ont porté plainte contre des écoles maternelles ayant refusé l'accès à leurs enfants, pour cause de non-vaccination. La Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) a estimé, jeudi, que la vaccination obligatoire était «nécessaire dans une société démocratique».

Dans son arrêt, la CEDH estime que la vaccination obligatoire des enfants en République tchèque contre neuf maladies (diphtérie, tétanos, poliomyélite...), ne …

Lire l’article
Link zum Artikel