DE | FR
L'équipe de football du Kosovo.

Le Kosovo, qui a proclamé son indépendance en 2008, est reconnu par la FIFA et l'UEFA depuis 2016. shutterstock

Espagne-Kosovo, un match d'abord politique

L'Espagne accueille le Kosovo mercredi soir en qualifs pour le Mondial de football dans un contexte diplomatique tendu entre les deux pays. Une polémique a mis de l'huile sur le feu au début du mois. Retour sur l'empoignade de communication entre les deux sélections.



L'Espagne reçoit le Kosovo mercredi soir à Séville, un match des qualifications pour le Mondial 2022 au Qatar. Ce premier duel de l'Histoire entre les deux équipes se jouera dans un contexte particulier: l'état balkanique – qui a déclaré son indépendance (de la Serbie) en 2008 – n'est par reconnu par le gouvernement espagnol. Seuls quatre autres pays de l'Union européenne adoptent la même position que l'Espagne: la Slovaquie, Chypre, la Roumanie et la Grèce (qui figure dans le même groupe que les Ibères et les Kosovars).

epa07463493 Kosovo's Arber Zeneli (3-R) celebrates with teammates scoring the 1-1 goal during the UEFA EURO 2020 group A qualifying soccer match between Kosovo and Bulgaria in Pristina, Kosovo, 25 March 2019. EPA/VALDRIN XHEMAJ

Le Kosovo est reconnu par l'UEFA et la FIFA depuis 2016, date depuis laquelle il participe aux matchs officiels. Image: keystone

La Roja prise au mot

Au début du mois, une polémique est née de ces relations diplomatiques compliquées. Au moment d'annoncer les joueurs retenus pour les prochains matchs, la fédération espagnole de football a mentionné «le territoire du Kosovo» pour définir son futur adversaire. Des termes suggérant que le pays des Balkans n'est pas considéré comme tel par les instances espagnoles.

Menaces kosovares

Le communiqué a fait fortement réagir la fédération kosovare. Elle a demandé à la Roja de remplacer la dénomination problématique par la simple mention «Kosovo», mettant la sélection coachée par le Neuchâtelois Bernard Challandes sur un pied d'égalité avec les autres nations, reconnues par l'Espagne, elles.

Ne pas être reconnus officiellement signifie, pour les Kosovars, une impossibilité d'utiliser en Espagne leurs passeports, leur hymne et leur drapeau. Des obstacles problématiques, pour ne pas dire infranchissables, dans l'organisation d'un match de football officiel. La preuve: le Kosovo a menacé de ne pas disputer cette partie à Séville si son adversaire ne lui offrait pas un accueil dans les règles de l'art (ou en tout cas conforme aux règlements de la FIFA et de l'UEFA). En 2019, la fédération espagnole avait refusé d'accueillir sur son territoire des rencontres continentales U17 auxquelles participait la sélection kosovare, déjà pour la même raison.

Pour calmer les inquiétudes et éviter un remake de cet épisode fâcheux, la fédération espagnole a assuré qu'elle respecterait les protocoles mercredi soir. Elle a en tout cas envoyé un signal dans ce sens il y a deux semaines. Au moment d'annoncer la conférence de presse de son sélectionneur Luis Enrique, elle a utilisé le terme neutre de «rencontres internationales» pour parler de ses prochaines confrontations, y compris celle contre le Kosovo.

Mission rattrapage

Sportivement, ce duel Espagne-Kosovo est alléchant. Les Ibères voudront reprendre confiance après un début de campagne mitigé. Ils ont concédé un nul surprenant chez eux contre la Grèce (1-1) avant d'aller gagner chichement en Géorgie samedi (2-1). Côté kosovar, les joueurs de Bernard Challandes ont montré à plusieurs reprises leur potentiel élevé. Notamment lors des qualifications pour l'Euro 2021, dans lesquelles ils ont atteint les barrages. Ils auront, eux aussi, envie de corriger le tir mercredi à Séville, après une entrée dans ces éliminatoires ratée samedi à la maison (défaite 3-0 contre la Suède).

Kosovo's Benjamin Kololli, right, challenges Sweden's Dejan Kulusevski during the World Cup 2022 group B qualifying soccer match between Kosovo and Sweden at the Fadil Vokrri stadium in Pristina, Kosovo, Sunday, March 28, 2021. (AP Photo/Visar Kryeziu)

Benjamin Kololli (en bleu): chaussettes basses, tête haute. Image: keystone

Le Chablaisien d'origine Benjamin Kololli, milieu du FC Zurich, et ses compatriotes présentent de jolies qualités techniques et un état d'esprit positif. Celui d'une jeune nation du football, fière de son maillot, et qui doit encore faire ses preuves pour être reconnue sur... et en dehors des terrains.

Plus d'articles sur le sport

Marco Odermatt a signé un contrat qui pourrait changer sa vie

Link zum Artikel

Faire payer les autographes? La mauvaise idée de Genève-Servette

Link zum Artikel

Le cheval vainqueur n'aurait pas mangé que des céréales

Link zum Artikel

Il profite de son passage à la télé pour chambrer le LHC

Link zum Artikel

«Les épaules musclées, ça fait trop mec»

Link zum Artikel

Eden Hazard a-t-il manqué de respect au Real Madrid?

Link zum Artikel

Lewis Hamilton fait-il semblant d'avoir peur?

Link zum Artikel

Comment les réseaux sociaux se sont retournés contre les sportifs

Link zum Artikel

Les stars du foot ont peur dans le mur et ça peut leur coûter cher

Link zum Artikel

Pourquoi le Covid peut ruiner la carrière de Federer et Nadal

Link zum Artikel

Alexia, transgenre: «Je ne suis pas une menace pour mes adversaires»

Link zum Artikel

Les petites combines des cyclistes pour gruger en toute impunité

Link zum Artikel

Une copine de hockeyeur en colère: «No 25, tu es un gros dégueulasse»

Link zum Artikel

Ces entraîneurs de foot qui ont craqué

Link zum Artikel

Au FC Sion, un président qui s'éclate et des joueurs qui s'en fichent

Link zum Artikel

Courageux et touchants: huit coming out qui ont marqué le sport suisse

Link zum Artikel

Pourquoi les footballeurs sont-ils nuls quand on les change de poste?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Marre du foot? Voici des chats moches...

1 / 13
Après un sujet compliqué, voici des chats moches...
source: imgur
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

On vous explique le petchi actuel au Barça

La police catalane a arrêté plusieurs cadres et ex-dirigeants du FC Barcelone lundi matin dans l'affaire du «Barçagate». Retour sur tout ce qui a mené à cette opération coup de poing.

Le monde du foot avait les yeux rivés sur la Catalogne ce lundi matin. Plusieurs cadres et anciens dirigeants du FC Barcelone ont été arrêtés par la police catalane, a révélé la radio locale Cadena Ser. Parmi eux, l'ex-président très controversé du club Blaugrana Josep Maria Bartomeu. Le directeur général en place, Oscar Grau, et le directeur juridique, Roman Gomez Ponti, ont aussi été interpellés. Le siège du Barça, au Camp nou, a été perquisitionné. Cadena Ser précise …

Lire l’article
Link zum Artikel