DE | FR
France's Alexis Pinturault celebrates as he kisses the crystal ball trophy of the alpine ski, World Cup men's giant slalom discipline title, in Lenzerheide, Switzerland, Saturday, March 20, 2021. (AP Photo/Marco Trovati)

Image: AP

«Marco sera un grand champion de notre sport»

Vainqueur du géant de Lenzerheide, du globe de la spécialité et du gros globe, Alexis Pinturault a félicité et encouragé son adversaire Marco Odermatt.



«J'ai une pensée pour Marco qui sera un grand champion de notre sport. Il est encore très jeune.»

Alexis Pinturault a rendu un bel hommage à son adversaire au micro de la RTS sitôt après le géant messieurs des finales de Lenzerheide. Une course que le Français a remporté pour réaliser un formidable triplé le jour de ses 30 ans. Le skieur de Courchevel a devancé Filip Zubcic de 0''20 et son compatriote Mathieu Faivre de 0''21.

«Quelle journée! C'était difficile ces dernières semaines, parce que j'étais fatigué après les Championnats du monde. Marco est revenu fort et on a eu droit à une belle bagarre»

Alexis Pinturault

Le Tricolore, longtemps barré par Marcel Hirscher et l'an dernier par Aleksander Aamodt Kilde avec en sus l'apparition du Covid, a parfaitement mérité ses trophées.

Forcément très déçu, Marco Odermatt n'a pas souhaité trop s'épancher sur sa 11e place qui constitue son plus mauvais résultat de l'hiver dans la discipline: «Cela tournait trop en deuxième manche. Mais c'est une belle saison pour moi malgré tout.» Meilleur Suisse, Gino Caviezel a pris la 7e place et Justin Murisier la 16e.

🤬 Justin Murisier vénère

Le Bagnard ne marque aucun point puisqu'il faut être dans le top 15 lors des finales. Le Valaisan n'a pas mâché ses mots concernant le deuxième parcours piqueté par le coach de Henrik Kristoffersen: «Je ne vais pas donner de nom, mais il n'y a que lui qui aime ce type de parcours qui ne fait que tourner. Il a fait sa petite remontée et il est content. Tant mieux, c'est pareil pour tout le monde, mais on n'a pris aucun plaisir.» Victime de la mauvaise tenue de la piste, le quatrième mousquetaire helvétique, Loïc Meillard, a connu l'élimination à l'occasion du premier tracé (ATS).

Plus d'articles sur le sport

Marco Odermatt a signé un contrat qui pourrait changer sa vie

Link zum Artikel

Faire payer les autographes? La mauvaise idée de Genève-Servette

Link zum Artikel

Le cheval vainqueur n'aurait pas mangé que des céréales

Link zum Artikel

Il profite de son passage à la télé pour chambrer le LHC

Link zum Artikel

«Les épaules musclées, ça fait trop mec»

Link zum Artikel

Eden Hazard a-t-il manqué de respect au Real Madrid?

Link zum Artikel

Lewis Hamilton fait-il semblant d'avoir peur?

Link zum Artikel

Comment les réseaux sociaux se sont retournés contre les sportifs

Link zum Artikel

Les stars du foot ont peur dans le mur et ça peut leur coûter cher

Link zum Artikel

Pourquoi le Covid peut ruiner la carrière de Federer et Nadal

Link zum Artikel

Alexia, transgenre: «Je ne suis pas une menace pour mes adversaires»

Link zum Artikel

Les petites combines des cyclistes pour gruger en toute impunité

Link zum Artikel

Une copine de hockeyeur en colère: «No 25, tu es un gros dégueulasse»

Link zum Artikel

Ces entraîneurs de foot qui ont craqué

Link zum Artikel

Au FC Sion, un président qui s'éclate et des joueurs qui s'en fichent

Link zum Artikel

Courageux et touchants: huit coming out qui ont marqué le sport suisse

Link zum Artikel

Pourquoi les footballeurs sont-ils nuls quand on les change de poste?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel

Quel skieur es-tu ?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

«Les notes vocales, c'est un truc d'égoïste»

Link zum Artikel

Sortir de nos canapés a fait du mal à Netflix

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Trop fortes, les joueuses trans font peur au rugby

Jugées dangereuses pour leurs adversaires en raison de leur puissance et leur gabarit, les rugbywomen trans sont parfois interdites de compétition. La question revient dans tous les sports: que fait-on des athlètes qui bousculent les codes?

Le rugby a toujours prôné des valeurs de tolérance et d'intégration. Ceux qui en défendent la pratique rappellent souvent que c'est un sport ouvert à tout le monde, quels que soient sa taille, son poids ou ses capacités physiques. Mais ce n'est pas tout à fait vrai: le rugby n'a pas vraiment de place pour les joueuses transgenres, c'est-à-dire les personnes nées dans un corps masculin et qui ont ensuite transitionné.

La Fédération internationale leur interdit carrément de disputer des …

Lire l’article
Link zum Artikel