DE | FR
Bild

British corner

On n'aurait pas enterré Jesse Lingard un peu trop tôt?

Raphaël Crettol, champion suisse de Fantasy Premier League, décrypte l'actualité du football britannique. Présentation de la journée 31 et quelques tuyaux FPL.



Sur le papier, le Wolverhampton-West Ham de lundi dernier avait tout du match ennuyant du lundi soir, de ces rencontres qui n'attirent généralement devant leur écran que les joueurs de Fantasy, avides de points après une Gameweek ratée. Cette rencontre, mettant aux prises deux équipes, peu reconnues pour proposer un football attractif cette saison, a pourtant débouché sur un festival de buts. Avec dans le rôle du chef d'orchestre, Jesse Lingard.

West Ham's Jesse Lingard celebrates after scoring his side's opening goal during the English Premier League soccer match between Wolverhampton Wanderers and West Ham United at Molineux Stadium in Wolverhampton, England, Monday, Apr. 5, 2021. (Laurence Griffiths/ Pool via AP)

Image: sda

L'ailier des Hammers a livré un véritable récital en trois actes. Après 5 minutes de jeu, il s'empare de la balle dans sa propre moitié de terrain et s'embarque dans un solo ébouriffant, qu'il ponctue d'un but. Dix minutes plus tard, il réussit un geste spectaculaire au poteau de corner, qui mène au deuxième but de son équipe. Enfin, il offre le troisième but à Jarrod Bowen, après s'être libéré du marquage de quatre adversaires. Si West Ham se fera peur jusqu'au bout de ce match spectaculaire (victoire 3-2), la première mi-temps livrée par Jesse Lingard confirme le retour en lumière d'un joueur que tout le monde avait enterré.

A Manchester United depuis l'âge de 7 ans, Lingard a mis du temps à s'imposer avec les Red Devils. Il multiplie les prêts dans des divisions inférieures, avant que Van Gaal (2014-2016) lui donne sa chance, puis que Mourinho l'installe dans la peau d'un titulaire (2016-2018). Talentueux, mais friable mentalement, Lingard s'éteint progressivement sous les ordres d'Ole Gunnar Solskjaer. Il touche le fond cette saison, ne disputant pas la moindre minute, lors du premier tour.

Lorsqu'il débarque à West Ham cet hiver, en prêt de Manchester United, Jesse Lingard traine derrière lui l'étiquette d'un ado immature qui a pris l'habitude de se faire remarquer pour ses pas de danse sur les réseaux sociaux, plus que pour ses exploits sur le terrain.

Lingard n'est évidemment pas le premier footballeur à renvoyer une image d'ado déconnecté de la réalité. Sauf que... le "jeune bougre" a 28 ans. L'âge auquel le footballeur moyen évolue à son apogée. Alors, forcément les critiques des fans ont plu sur l'éternel espoir, à qui l'on a reproché d'accorder plus d'importance à son image sur les réseaux sociaux qu'à ses performances sportives.

Le fait qu'il ait lancé sa propre ligne d'habit baptisée «JLingz» en été 2018, à coup d'opérations marketing flashy, n'a pas amélioré sa cote auprès des fans. Jusqu'au point où la starlette a fait part publiquement de son mal-être.

Ces épreuves ont certainement fait murir le joueur en tant que personne. Conscient qu'il s'agissait d'une occasion en or pour relancer sa carrière, Lingard apparaît métamorphosé sous ses nouvelle couleurs. Il claque un doublé pour son premier match avec le club de l'est londonien. Intenable que ce soit dans l'axe du terrain ou sur l'aile gauche, il affole les statistiques: 6 buts et 4 passes décisives en huit matches.

Dans la foulée, le sélectionneur anglais Gareth Southgate le rappelle en équipe d'Angleterre, après presque deux ans d'absence. Mais avant de songer à l'Euro cet été, Jesse Lingard espère aider West Ham à décrocher une place qualificative pour la Ligue des Champions. Manchester United détient les clés pour la suite de sa carrière. Du côté de West Ham, on désire évidemment conserver «JL», car c'est soudain tout un club qui espère que l'éternel ado devienne plus qu'un éphémère héros.

Bonus: on vous explique la célébration de Jesse Lingard

West Ham's Jesse Lingard, right, celebrates after scoring his side's opening goal during the English Premier League soccer match between West Ham United and Arsenal at the London Stadium in London, England, Sunday, March 21, 2021. (Justin Tallis, Pool via AP)

Image: sda

Tout fan de football aime décrypter l'origine des célébrations personnelles des buteurs. Lingard signe tous ses buts avec un geste particulier des mains. S'agirait-il d'un hommage au rappeur français Jul?

Non... l'honneur est sauf. Il s'agit tout simplement d'un signe qui évoque ses initiales« JL». L'origine du signe remonte à la veille d'un match contre West Bromwich, en 2017. Lingard avait alors plaisanté avec son pote de chambre Rashford au sujet de la meilleure manière de célébrer leurs buts. C'est à ce moment-là qu'il a imaginé ce signe. Le lendemain, il marquait face à West Brom et le fameux geste était né. En passant, il s'agit aussi d'un bon coup marketing pour faire la promotion de sa ligne de vêtements «JLingz»... dont le logo est précisément le signe «JL».

West Brom c'est le Brésil

West Bromwich Albion's Matheus Pereira scores their side's first goal during the English Premier League soccer match between Chelsea and West Bromwich Albion at Stamford Bridge stadium in London, England, Saturday, April 3, 2021.(Clive Rose/Pool via AP)

Image: sda

La cote d'une victoire de West Bromwich Albion à Chelsea 5-2 ne figurait probablement sur aucune fiche de pari qu'on retrouve à chaque coin de rue en Angleterre. C'est pourtant sur ce score improbable que s'est terminée la rencontre entre les deux équipes, le weekend dernier. Durant 90 minutes, West Brom a terrorisé une des meilleures arrière-gardes de la ligue, dont on vous vantait les mérites il y a quelques semaines.

Alors évidemment, l'expulsion du défenseur central des Blues Thiago Silva a facilité la tâche des Baggies. Mais la performance d'ensemble n'en est pas moins stupéfiante pour une équipe qui plafonnait à moins d'un but par match avant cette rencontre.

Alors West Brom c'est devenu le Brésil ? Les matches des Baggies deviendront-ils des événements à ne pas manquer jusqu'à la fin de la saison ? En tous les cas, leur charismatique entraîneur Sam Allardyce, plus habitué à effectuer des actions de sauvetage qu'à gérer une équipe de starlettes, a commenté la performance avec le franc-parler qui le caractérise.

"Nous avons tout simplement démoli Chelsea, on les a démolis. La qualité de notre football et de notre finition aujourd'hui mérite un immense crédit. Je ne veux pas entendre parler du fait qu'ils étaient à dix. Démolir les 10 hommes de Chelsea reste une tâche immense."

Sam Allardyce

Alors West Brom c'est vraiment le Brésil? Samedi, les Baggies partageaient les couleurs auriverde (jaune et vert) de l'équipe nationale sud-américaine. Avec ses déboulés sur le flanc droit, le latéral Damien Furlong avait parfois des airs de Cafu, tandis que Matheus Pereira, le seul Brésilien du contingent, a donné un air de samba à la rencontre, grâce à sa finesse technique (2 buts et 2 passes décisives).

Alors non, West Brom n'est pas miraculeusement devenu le Brésil. Et non, Sam Allardyce n'est pas soudainement devenu un adepte du «joga bonito». Mais cet éclair a le don d'offrir une lueur d'espoir à une équipe qui aura besoin d'un miracle pour se sauver. De notre côté, on salive déjà secrètement à l'idée de la rencontre contre Southampton, lundi soir. Et rappelez-vous que les matches ennuyants du lundi soir ne le sont pas toujours...

West Brom pointe à huit points de la barre de relégation

Les Canaries s'envolent vers la Premier League

Norwich City's Adam Idah celebrates with his teammate goalkeeper Tim Krul at the end of the English FA Cup fifth round soccer match between Tottenham Hotspur and Norwich City at Tottenham Hotspur stadium in London Wednesday, March 4, 2020. Norwich won 4-3 after penalty shootouts. (AP Photo/Kirsty Wigglesworth)

Image: AP

Une autre équipe qui évolue en jaune et vert est à l'honneur dans cette rubrique. Relégué la saison passée, Norwich s'apprête à renouer avec l'élite. Les Canaries (l'emblème de l'équipe) pointent largement en tête du championnat, à six journées du terme. Les hommes de l'entraîneur Daniel Farke ont atomisé Huddersfield 7-0 le weekend dernier, grâce notamment à un triplé de leur inévitable attaquant finlandais Teemu Pukki.

Le retour de Norwich en Premier League, dont je suis le premier à me réjouir, est assurément une bonne nouvelle pour tous les amateurs de Premier League. A l'instar de Leeds, l'équipe du Norfolk ne refuse pas le jeu, même face à des adversaires plus cotés. Celles et ceux qui avaient suivi la saison précédente en sont témoins. Séduisant dans le jeu, Norwich avait souvent tenu la dragée haute aux meilleures équipes du pays... avant de finir par payer cash sa naïveté.

Farke le perfectionniste en plein débrief après la victoire 7-0

Gageons que Daniel Farke aura tiré les enseignements de son expérience en Premier League. L'entraîneur allemand peut toujours compter sur son trident offensif percutant Buendia-Pukki-Cantwell et possède la deuxième meilleure défense du championnat. Dans l'axe du terrain, l'espoir anglais prêté par Tottenham Oliver Skipp s'est affirmé comme la révélation de la saison du côté des Canaries. Le futur néo-promu aura bien du mal à retenir son joyau à l'échelon supérieur.

Deuxième à huit longueurs de Norwich, Watford est également bien placé pour rejoindre la Premier League. La troisième place de promu se jouera dans le cadre d'un play-off, mettant aux prises les équipes classées entre le 3e et le 6e rang.

Tous les bons plans FPL pour la GW31

L'équipe à cibler

Battu 3-1 par le Real Madrid en match aller de la Ligue des Champions mardi, Liverpool pourrait bien se retrouver bouté hors de la prestigieuse compétition européenne, mercredi prochain. Les Reds risquent donc de n'avoir plus que le championnat à jouer en cette fin de saison. Même s'ils ne sont pas dans la forme de leur vie, les hommes de Klopp s'apprêtent à embarquer dans une série de matches extrêmement favorables, jusqu'à la fin de la saison. Cette série débute samedi avec la réception d'Aston Villa. Face à Arsenal (victoire convaincante 3-0), la plupart des joueurs sous la loupe des Manager FPL ont récolté des points. Pour ceux qui, comme moi, jouent leur Wildcard cette semaine (voir plus bas), les Reds sont probablement l'équipe à cibler pour grimper dans le ranking - je pars sur TAA, Salah et Jota.

Le capitaine

Mohamed Salah (12.4) a enfin retrouvé le chemin des filets, après une longue traversée du désert. L'ailier égyptien des Reds a scoré coup sur coup contre Arsenal en PL, puis face au Real en CL. Toujours en course pour le soulier d'or, on le voit bien poursuivre sur sa lancée face à Aston Villa, ce weekend. C'est pourquoi, il héritera du brassard dans mon équipe. Parmi les autres affiches, la venue de Leeds à l'Etihad est alléchante, mais Guardiola a confirmé qu'il y aurait beaucoup de rotation. Pour être clair, n'importe quel joueur offensif de City qui figurerait sur la pelouse au coup d'envoi ferait un excellent capitaine. Resté sur le banc en CL, Raheem Sterling (11.3) représente le capitaine différentiel ultime ce weekend. Mais je préfère me tenir éloigner du casse-tête de la Pep Roulette.

Les différentiels

Il est rare qu'un joueur offensif de Burnley parvienne à se faire une place dans cette rubrique. Toutefois, la réception de Newcastle, une équipe qui présente des faiblesses dans le jeu aérien, offre de belles perspectives à la tête chercheuse Chris Wood (6.2). On n'aurait pas non plus imaginé citer Sergio Aguero (10.3) dans les différentiels, mais les blessures et la concurrence ont fait que l'attaquant figure dans seulement 1.3% des équipes au moment d'écrire ces lignes. Il part avec de fortes chances d'être titulaire face à une équipe de Leeds qui pourrait prendre l'eau face au Citizens ce weekend. Resté sur le banc en CL, Hakim Zyiech (7.9) devrait être en mesure de faire parler sa technique face à la lourde arrière-garde de Crystal Palace.

La stat

Jamie Vardy (10.1) a légèrement changé de rôle, depuis qu'il doit partager la pointe de l'attaque avec Kelechi Iheanacho. Le buteur de Leicester s'est souvent mué en créateur ces derniers temps. Sur les quatre derniers matchs, il est l'attaquant qui a créé le plus de grosses chances de buts (4). Sachant que son instinct de buteur reste intact et qu'il est le tireur de pénalty attitré des Foxes, il ajoute une corde à son arc pour se présenter comme un différentiel couteux, mais qui peut rapporter gros.

Le bon plan

Plusieurs Managers qui possèdent encore leur 2e Wildcard seront tentés de la jouer pour cette GW, en raison du calendrier qui tourne pour beaucoup d'équipes. Comme c'est mon cas, je vous présente les joueurs principaux qui ont de bonnes chances d'intégrer mon équipe pour améliorer mon ranking. Comme vu plus haut, Liverpool a un calendrier très favorable sur lequel je veux capitaliser. C'est pourquoi, Salah, TAA et Jota figureront très certainement dans mon équipe. En défense, je risque bien de me laisser tenter par Alonso. Le latéral de Chelsea ne disputera pas tous les matches, mais possède un plafond de points très élevé lorsqu'il sera sur la pelouse. Aux côtés de Son et Kane, Reguilon sera certainement mon troisième joueur des Spurs, en vue de leur double journée 32. En pointe, les prix plumes des attaquants Vydra (4.8) et Iheanacho (5.8) me permettent d'investir massivement dans le milieu de terrain (Fernandes, Son, Salah). Le calendrier favorable d'Arsenal me pousse à sélectionner Leno (5.0) , tandis que Forster (4.0) fait figure d'incontournable 2e gardien, puisqu'il semble avoir assuré sa place de titulaire à Southampton. Voilà donc à quoi ressemblera l'ossature de mon équipe. Bonne chances à toutes et à tous !

Vous hésitez encore dans votre choix de capitaine? Vous n'êtes pas encore certain de votre prochain transfert ou de votre stratégie à plus long terme? Posez simplement votre question en utilisant la fonction commentaires ci-dessous.

Cheers mates! 🍻

Plus d'articles sur le thème «Sport»

Le cérémonial des JO de Tokyo aura lieu, mais il faudra se taire

Link zum Artikel

Y'a pas que le sport dans la vie: Fanny Smith passe du bon temps

Link zum Artikel

C'est confirmé, le début du championnat est repoussé

La Super League et la Challenge League débuteront une semaine plus tard que prévu, soit le 23 juillet. La raison? La Swiss Football League (SFL) veut des stades pleins.

La Neue Zürcher Zeitung (NZZ) l'avait annoncé vendredi: au vu des nouvelles mesures prises contre la pandémie de coronavirus par le Conseil fédéral la semaine dernière, la Swiss Football League envisageait le report du début de la Super League (première division) et de la Challenge League (deuxième division) pour pouvoir accueillir du public dans les stades dès les premiers matchs.

Ce lundi, l'instance du football suisse a confirmé cette info. Ces deux championnats commenceront le week-end du …

Lire l’article
Link zum Artikel