DE | FR
Restaurant

Image: Shutterstock

Les terrasses rouvrent? Surtout des soucis en plus pour les bistrots

Dès lundi, les cafés-restaurants ont le droit de rouvrir leurs terrasses. Mais ce qui ressemble à une libération pour les clients a tout de la fausse joie pour les tenanciers. Explication en trois points.



A peine l'annonce tombée, c'était l'euphorie. Les terrasses peuvent rouvrir dès lundi. Libérés, délivrés, les Suisses pourront à nouveau aller boire un verre au soleil. Oui mais voilà, si les clients crient leur joie, les restaurateurs, eux, se montrent plus dubitatifs. «L'ouverture des terrasses, c'est plutôt des soucis supplémentaires pour nous», confie Maurice Paupe, président de GastroJura et patron du café de la Poste à Saignelégier (JU). Voici pourquoi:

Une météo capricieuse qui peut tout gâcher

«A cette période de l'année, la température varie beaucoup. Cela peut aller de 8 à 21 degrés, ce sera donc au jour le jour», souligne Maurice Paupe qui n'ouvrira pas sa terrasse pour le moment. Le président de GastroJura pointe également la difficulté de s'organiser face à l'imprévisibilité du vent et de pluie.

«Si on prépare de la marchandise et qu'on ne la vend pas parce qu'il pleut, on va avoir de sacrées pertes. Et c'est la même chose pour le personnel, on ne peut pas les appeler le matin en fonction de la météo», détaille-t-il. Le patron du café de la Poste rappelle que l'espace intérieur représente habituellement une soupape de sécurité en cas de mauvais temps soudain.

«Si un client est en train de manger en terrasse et qu'il se met à pleuvoir, on fait quoi?»

Maurice Paupe, patron du Café de la Poste à Saignelégier (JU)

«C'est triste à dire mais c'est un peu une fausse joie pour le moment. On a la possibilité de travailler mais qui va manger dehors avec cette météo?», confirme Tamara Silva qui gère le café Le Kiwi à Morges. La Vaudoise pointe également les différentes orientations des terrasses. «Tout dépend de comment tu es placé. Nous, par exemple, au mois de mai, on est encore à l'ombre à midi.»

De grands calculs pour limiter les pertes

Autre difficulté pour les cafés-restaurants, trouver le bon équilibre entre ouvrir leur terrasse et continuer à recevoir les aides financières des autorités qui restent en vigueur. «On n'est plus des restaurateurs mais des comptables qui doivent faire de grands calculs pour savoir si ça vaut la peine d'ouvrir ou pas», regrette Tamara Silva tout en reconnaissant sa chance d'avoir une grande terrasse.

«Je me suis donné une nuit pour réfléchir et je ne suis pas plus avancé que hier soir»

Maurice Paupe, patron du Café de la Poste à Saignelégier

Car pour ceux qui n'ont qu'un petit espace extérieur, encore réduit par les mesures de distanciation sociale, faire travailler du personnel n'est absolument pas rentable. «Il faut aussi bien réfléchir, car le peu de chiffre d'affaires qu'on va faire sera pris en compte par l'administration. Mais on ne va pas pouvoir réaliser de grandes marges. Je m'attends plutôt à des pertes», observe Maurice Paupe.

Des risques de tensions avec les clients

Le président de GastroJura craint également que lui et ses confrères se retrouvent en porte-à-faux avec leurs clients: «Quand il va faire 20 degrés, ils vont nous reprocher d'être fermés. Les gens ont envie qu'on ouvre, mais nous, on ne peut pas le faire dans n'importe quelles conditions, surtout en ce moment.»

«Il faut trouver un équilibre entre faire plaisir aux gens et ne pas perdre d'argent»

Tamara Silva, café Le Kiwi, Morges

Tamara Silva abonde: «Nous, par exemple, on réfléchit si cela vaut la peine de faire des plats du jour. Mais certains clients risquent de nous reprocher d'être ouverts et de ne pas faire à manger.» La Vaudoise invite d'ailleurs les consommateurs à faire preuve de savoir-vivre. «J'espère qu'ils seront conscients de notre situation et qu'ils ne resteront pas une heure et demie à une table avec juste un café alors qu'il y a une famille de quatre qui attend.»

BONUS: Le plaisir de servir à nouveau quand même

Si Maurice Paupe réfléchit encore, Tamara Silva a, elle, décidé d'ouvrir sa terrasse malgré toutes les difficultés. «On a envie de revoir du monde, de faire quelque chose, de retrouver un rythme de vie», assure-t-elle. Mais la Vaudoise souhaite également donner une lueur d'espoir aux gens. «Rien que le fait de pouvoir se faire servir, cela ramène au temps d'avant. C'est ce que j'aimerais pouvoir offrir à mes clients.»

«Mais pour moi, travailler, c'est quand on pourra ouvrir normalement, là je serai contente»

Tamara Silva, Café le Kiwi, Morges

La Kumbh Mela a eu lieu en Inde, malgré le Covid

1 / 16
La Kumbh Mela a eu lieu en Inde, malgré le Covid
source: sda / idrees mohammed
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles sur le thème «Covid-19»

L'Etat dépense des milliards pour lutter contre le Covid-19. Qui va payer pour ça?

Link zum Artikel

L'immunité Covid-19 existe-t-elle? Qui contrôle les autotests?

Link zum Artikel

Entre passeport vaccinal et confinement, le Covid dans le monde

Link zum Artikel

Les vaccins, efficaces ou non? Et le masque, c'est pour la vie? On fait le point

Link zum Artikel

Pour l'OFSP, l'attestation de vaccination doit devenir un certificat Covid-19

Link zum Artikel

L'Union européenne va limiter les exportations de vaccins

Link zum Artikel

Et vogue la troisième vague

Link zum Artikel

Le passeport vaccinal pour l'Europe (Suisse comprise), c'est quoi?

Link zum Artikel

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

«L'ouverture des terrasses est une catastrophe»

Les milieux de la restauration sont loin d'être convaincus par la proposition du Conseil fédéral de n'ouvrir que les terrasses. Ils rappellent la situation dramatique du secteur et réclament une ouverture complète ou, au moins, un calendrier précis.

La conférence de presse est à peine terminée que Gastro Suisse monte déjà au créneau. Aux yeux de l'organisation faîtière de la restauration, rouvrir les terrasses dès le 22 mars ne suffit pas. «La proposition du Conseil fédéral ne va pas assez loin», affirme Casimir Platzer, président de l'association, qui regrette que l'on paralyse une branche entière au nom du principe de précaution.

Prônant une réouverture complète des établissements, Gastro Suisse rappelle la situation dramatique …

Lire l’article
Link zum Artikel