DE | FR
Travelpass, application, aviation

Dès jeudi, vous pourrez utiliser l'application Travel Pass sur le vol Swiss reliant Zurich à Londres. Image: IATA

Comment une app pourrait relancer les voyages aériens

La compagnie aérienne Swiss va tester dès ce jeudi une application permettant de mieux planifier son voyage et de prouver sa non-contamination au Covid. L'objectif? Faciliter le redémarrage de l'aviation civile et éviter d'interminables files d'attentes.



Et si le salut de l'aviation civile tenait dans votre main? Une simple application mobile. C'est le pari fait par l'Association du transport aérien international (Iata). Face aux turbulences traversées par le secteur, l'organisation, basée à Genève, a décidé de miser sur Travel Pass, une app visant à faciliter au maximum votre voyage en temps de pandémie. Dès ce jeudi, la compagnie aérienne Swiss testera l'application sur son vol reliant Zurich à Londres Heathrow.

A quoi sert cette app?

Travel Pass vous permet tout d'abord de connaître les différentes mesures et exigences en vigueur dans les pays concernés par votre trajet. Vous souhaitez vous rendre de Genève à Lisbonne? Vous apprendrez que vous devez présenter un test PCR négatif réalisé maximum 72h avant le vol. L'application vous indiquera également les lieux de test à proximité.

Encore en phase de test, Travel Pass n'est pour le moment disponible que sur invitation d'une compagnie aérienne. L'Iata promet de la rendre accessible plus largement dans les semaines à venir.

Montrer patte blanche
sur son écran

Travel Pass doit aussi permettre aux laboratoires de vérifier l'identité d'un passager et de confirmer le résultat de son test Covid directement dans l'application. Ainsi, le voyageur pourra montrer patte blanche directement sur son smartphone. À terme, l'Iata – qui représente 290 compagnies aériennes – veut mettre en place le même procédé pour les certificats de vaccination.

Utilisée par des passagers pour la première fois en mars dernier à Londres, l'application n'est, pour le moment, reconnue que par certains pays – le Panama, Singapour – et certaines compagnies comme Emirates ou Ethiad Airways. L'association du transport international aérien invite donc les gouvernements à reconnaître ce passeport digital plus largement.

Eviter les files d'attente

«Actuellement, il y a beaucoup de certificats de tests différents, ce n'est pas toujours facile de s'y retrouver. Travel Pass permettrait de faciliter le travail de notre personnel aux portes et aux Check-in et donc d'éviter les files d'attente», détaille Michael Stief, porte-parole de Swiss.

«C'est vrai que c'est un peu compliqué pour les passagers de voyager en ce moment»

Michael Stief, porte-parole de Swiss

D'autres applications du même style, comme le CommonPass, sont également à l'essai chez d'autres compagnies de Lufthansa. «On espère qu'il y aura bientôt un système qui sera internationalement reconnu», souligne Michael Stief tout en précisant que l'utilisation de Travel Pass, ou d'un autre logiciel similaire, se fera sur une base volontaire.

Selon un sondage de l'Iata, 80% des voyageurs souhaitent se servir une application pour gérer leurs données de voyages.

Un labo genevois au cœur du projet

Le laboratoire genevois Unilabs a annoncé mardi avoir trouvé un accord avec l'Iata pour mettre à disposition son réseau d'environ 1200 centres médicaux, répartis dans 17 pays – dont la Suisse – à travers le monde. Il est l'un des tous premiers à intégrer le projet. «Vous pouvez vous faire tester chez Unilabs et nous entrerons le résultat directement dans l'application», explique Alistair Hammond, directeur communication de l'entreprise. Il met en avant la sécurité apportée par cette manière de procéder. «Si vous n'avez pas ce genre de contrôles, le problème, c'est toujours que certains pourraient tenter de tricher en utilisant de faux certificats.» Alistair Hammond pointe, par ailleurs, la fierté de son entreprise de se retrouver associée à un tel projet.

Une année de Covid-19, retour en images

1 / 13
Une année de Covid-19, retour en images
source: sda / alessandro crinari
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Conséquences covid-19

Un tiers des rescapés du Covid souffrent de «maladies cérébrales»

Link zum Artikel

Comment la pandémie a exacerbé les mouvements sectaires

Link zum Artikel

Grâce au Covid, ils ont fait de bonnes petites affaires

Link zum Artikel

Stan Wawrinka en a bavé avec le Covid

Link zum Artikel

Google doit (encore) payer une amende record

L'Italie a infligé environ 109 millions de francs d'amende à Google pour abus de position dominante. Ce n'est pas la première fois que la société californienne doit passer à la caisse.

Cette amende est justifiée par le refus du géant de l'internet d'accepter sur sa plateforme Google Play une application tierce permettant de trouver des bornes de recharge pour les voitures électriques, précise l'Antitrust italien.

Ce chiffre, inconcevable pour une bonne partie de gens, apparaît moins important si comparé à la fortune générée par Alphabet: au quatrième trimestre 2020, la maison mère de Google affichait un chiffre d’affaires atteignant les 56,9 milliards.

Ce n'est pas la première …

Lire l’article
Link zum Artikel