DE | FR

Interview

Pourquoi les hospitalisés du Covid sont plus jeunes aujourd'hui

Medical workers treat a patient with COVID-19 at the intermediate care services of Geneva University Hospitals (HUG), during the state of emergency of the coronavirus disease (COVID-19) outbreak, in Geneva, Switzerland, Thursday, November 05, 2020. Switzerland as many countries in Europe impose more coronavirus restrictions as cases of Covid-19 patients spike in a second wave of pandemic. (KEYSTONE/Martial Trezzini)

Image: KEYSTONE

L'âge des patients atteints du Covid-19 baisse dans les hôpitaux. Effet vaccin ou variant anglais? Julien Vaucher, médecin associé au Centre hospitalier universitaire vaudois (Chuv), nous explique. Il nous donne aussi des conseils précieux.



Les patients Covid sont désormais plus jeunes dans les hôpitaux suisses. Dans plusieurs journaux romands ce mercredi, dont Le Nouvelliste, on parle de cette baisse d'âge, et même d'une «recrudescence d'admissions des personnes contaminées de moins de 70 ans».

Qu'est-ce qui se trame donc? Julien Vaucher, médecin associé en médecine interne au Centre hospitalier universitaire vaudois (Chuv), nous explique les choses d'un œil avisé.

Dr Vaucher, comment expliquer que l'âge médian des patients Covid hospitalisés baisse?
Cette diminution est un effet de la vaccination. C'est simple: les personnes âgées sont vaccinées et sont donc moins hospitalisées, alors que les plus jeunes, non vaccinées, doivent toujours être admises en cas de complications.
Toutefois, l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) parle aussi d’une augmentation des admissions de patients de moins de 65 ans. Au Chuv, cette hausse ne s’observe pas. Nous avons une stabilisation des hospitalisations de la catégorie 18-65 ans et une forte diminution de celles des plus de 65 ans.

Le variant anglais envoie-t-il des patients plus jeunes à l’hôpital?
Il n’y a plus autant de raisons de s’inquiéter de ce variant depuis qu’il est devenu prédominant. Aujourd’hui, en Suisse, il représente plus de 90% des infections. Toutefois, il est vrai que ce variant aggrave la contagiosité du virus. La charge virale peut être par exemple plus élevée chez la personne avant qu’elle ne développe des symptômes. De ce fait, les gens s’infectent plus rapidement qu’avec l’ancienne souche.

«Du coup, si la transmission du virus s’accroît - notamment chez les moins de 65 ans aujourd’hui - plus de monde est touché et des patients plus jeunes continuent d’être hospitalisés»

Au final, ce variant est-il vraiment plus sévère?
C’est difficile à dire à l’heure actuelle. Au Chuv, nous n’avons pas vu une augmentation de la sévérité de la maladie avec ce variant, mais d’autres pays l’ont rapportée. Il nous faut encore un peu de temps et des analyses pour le savoir.

Les patients plus jeunes attendent-ils plus avant de se rendre à l’hôpital?
Oui, c’est tout à fait juste. Durant la première vague, les médecins en Italie l’avaient également beaucoup vu. Les jeunes ont un corps plus résistant que les personnes plus fragiles ou âgées. Du coup, le moment où la maladie deviendra sévère apparaît plus tard dans l’évolution chez eux. On voit que certains malades tiennent plus longtemps à la maison et quand ils décident de venir à l’hôpital, la maladie est déjà bien sévère.

Quelles conséquences cela peut-il avoir?
Deux médicaments peuvent diminuer la mortalité et le recours à la ventilation ou aux soins intensifs chez les malades du Covid. Si le patient arrive à l’hôpital alors que la maladie est déjà très bien installée, ces médicaments sont moins efficaces. Par exemple, pour administrer de la dexaméthasone, un anti-inflammatoire à succès contre une forme sévère de Covid notamment chez les patients plus jeunes, il existe une fenêtre de temps idéale entre les jours 7 et 10 de maladie. Donné avant ou après, le traitement sera moins efficace.

Pour rappel, si j’ai une forme peu sévère de Covid, avec quoi puis-je me soigner à la maison?
Il n’y a pas de médicaments spécifiques, malheureusement. Ce qui est important, c’est que tous les gens qui suivent un traitement pour une autre maladie ne l’arrêtent surtout pas. Sinon, vous pouvez prendre sans soucis du paracétamol, des anti-inflammatoires et des médicaments utilisés lors des refroidissements.

A quel moment dois-je contacter mon médecin ou me rendre à l’hôpital?
Si vous voyez que votre état général se dégrade très fortement et que quelque chose d’anormal se déclare: une forte fièvre durant trois ou quatre jours par exemple, ou si vous avez de la peine à respirer, évidemment. N’attendez vraiment pas avant de consulter!

Plus d'articles sur le Covid

Le commerce de détail veut des assouplissements +++ Les USA vaccinent les ados

Link zum Artikel

Tous les chiffres du coronavirus en Suisse

Link zum Artikel

«Sans nouveau variant, on peut espérer du mieux entre l'été et l'hiver 2021»

Link zum Artikel

Sortir de nos canapés a fait du mal à Netflix

Link zum Artikel

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel

Quel skieur es-tu ?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

«Les notes vocales, c'est un truc d'égoïste»

Link zum Artikel

Sortir de nos canapés a fait du mal à Netflix

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Face au Covid, les Girons veulent sauver la fête et éviter les dettes

Annulation, maintien ou report (encore!), les Girons de jeunesse adoptent différentes stratégies pour limiter la casse face à la pandémie. Après s'être investis plusieurs années dans leur projet, difficile pour les organisateurs de trouver la moins mauvaise solution.

Ces derniers jours, les annonces se sont succédé. Dans le canton de Vaud, les Girons de Monnaz, Rances et Chavannes-le-Chêne, déjà repoussés d'une année, ont décidé de maintenir leur événement pour cet été. Celui de Puidoux, lui, a choisi d'arrêter les frais. Du côté de Fribourg, le Giron de Cheiry rend également les armes, tandis que celui de la Glâne opte pour un deuxième report sous le nom de «Lussy 2020+2».

Autant le dire tout de suite, il n'y a pas de bonne solution et chacun fait au mieux …

Lire l’article
Link zum Artikel