DE | FR
Le 9 mai 2001, une femme place un enfant en bas âge dans la boîte de bébé à Einsiedeln. L'hôpital régional d'Einsiedeln et l'Aide suisse à la mère et à l'enfant (SHMK) ont ouvert le 9 mai le premier guichet bébé suisse. Une mère peut placer son bébé de manière anonyme et légale dans une boîte aux lettres surdimensionnée sur le mur extérieur de l'hôpital.

Depuis 2001, 26 nouveau-nés ont été déposés dans les «boîtes à bébé». Image: keystone

Les «boîtes à bébé» ont recueilli 26 bébés en Suisse

En 2001, Einsiedeln (SZ) donnait un élan d'espoir en inaugurant la première «boîte à bébé» de Suisse le jour de la Fête des mères. Sept autres installations du genre ont été installées depuis, dont une seule en Suisse romande. Retour sur un projet «indispensable» permettant de sauver des nourrissons abandonnés.



Au petit matin du 4 janvier 2020, un nouveau-né était découvert sur un chantier non chauffé à Därstetten, dans l'Oberland bernois, abandonné par sa mère la nuit précédente. Cette femme avait laissé dans une boîte en carton sa petite fille enveloppée dans une simple couverture en laine.

Un agriculteur l'avait trouvée en état d'hypothermie sévère et avait alerté les secours, qui l'avaient ensuite emmenée par hélicoptère à l'hôpital du canton. Peu de temps après, la police avait amendé les parents à une peine de prison pour non-assistance à une personne incapable de se protéger elle-même.

«Si la mère avait déposé son enfant dans la boîte à bébé la plus proche à Berne, elle n'aurait pas eu à craindre une amende ou des conséquences pénales.»

Dominik Müggler, à l'origine de la première «boîte à bébé» de l'Aide suisse pour la mère et l'enfant Keystone-ATS

Considérée par certains experts comme problématique sur le plan juridique et éthique il y a 20 ans, la «boîte à bébé» est devenue aujourd'hui une institution jugée indispensable.

En 1999, l'effroi face à un bébé mort abandonné

Entre 1997 et 2001, Dominik Müggler indique que 13 nouveau-nés abandonnés ou tués ont été recensés en Suisse. La découverte en 1999 d'un bébé abandonné mort au bord du lac de Sihl, près d'Einsiedeln, avait d'ailleurs provoqué un choc dans la région.

Dominik Müggler a eu l'idée d'installer des «fenêtres à bébé» après avoir entendu parler de la «trappe à bébé» de Hambourg (Allemagne) inauguré en 2000. Il a contacté un ami médecin à Einsiedeln qui a organisé une rencontre avec les responsables de l'hôpital.

Avant même la réunion, l'hôpital a apporté son soutien à l'idée à la condition que ce service ne s'appelle pas «trappe à bébé», mais «fenêtre à bébé».

En 2001, des bébés sauvés, des mères soulagées

Le principe de la boîte à bébé, mis en place par Dominik Müggler en 2001, est simple: les mères en détresse peuvent déposer leur bébé dans un compartiment accessible depuis l'extérieur d'un bâtiment hospitalier avant de le refermer et de s'en aller. Le bébé est alors pris en charge par l'hôpital et par l'Autorité de protection de l'enfant et de l'adulte (APEA) en attendant son adoption.

Le 9 mai 2001, une femme place un enfant en bas âge dans la boîte de bébé à Einsiedeln. L'hôpital régional d'Einsiedeln et l'Aide suisse à la mère et à l'enfant (SHMK) ont ouvert le 9 mai le premier guichet bébé suisse. Une mère peut placer son bébé de manière anonyme et légale dans une boîte aux lettres surdimensionnée sur le mur extérieur de l'hôpital. Watson

Lorsqu'une personne dépose un nourrisson dans une boîte à bébé, une alarme signalant la présence du nouveau-né se déclenche trois minutes plus tard. Image: keystone

La mère peut s'adresser à l'APEA ou à l'Aide suisse pour la mère et l'enfant (ASME) pour prendre contact avec son enfant. Elle peut le récupérer avant une éventuelle adoption qui intervient officiellement au plus tôt un an après l'abandon du bébé. La première alarme dans une «boîte à bébé» a retenti le 5 septembre 2002 à Einsiedeln (SZ).

En 2016, la première «boîte à bébé» romande à Sion

Il existe actuellement huit «fenêtres à bébé» en Suisse. Elles sont installées à Einsiedeln (SZ), Olten (SO), Berne, Bâle, Davos (GR), Bellinzone, Zollikerberg (ZH) et Sion. Cette dernière ville a rejoint le mouvement en 2016. Elle est à ce jour la seule de Suisse romande à proposer cette alternative. Quel que soit le canton, les coûts de mise en place sont pris en charge par l'ASME, soit en moyenne environ 70 000 francs.

Bild

«Il serait bon d'en installer davantage dans l'Oberland bernois et à Saint-Gall notamment»

Dominik Müggler, à l'origine de la première «boîte à bébé» de l'Aide suisse pour la mère et l'enfant keystone ATS

Depuis 2001, 26 nouveau-nés ont été déposés dans les «boîtes à bébé». Treize mères se sont manifestées et ont révélé leur identité et six d'entre elles ont voulu récupérer leur progéniture après avoir surmonté une période de crise. Dans les six cas, l'enfant leur a été rendu. (ats/mndl)

Kate et William: dix ans de mariage et de perte de cheveux

1 / 21
Kate et William: dix ans de mariage et de perte de cheveux
source: epa / hugo burnand/clarence house / ha
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Les gens dans le train

Plus d'articles «Actu»

Le premier café à chats de Suisse a ouvert (et ils ont tous les droits)

Link zum Artikel

La vie politique lève le voile sur son financement. Voici comment ça marche

Link zum Artikel

4 mois de prison pour le «gifleur» de Macron

Link zum Artikel

Six femmes exploitées sans salaire par des diplomates à Genève

Link zum Artikel

10% des femmes vivent une fausse-couche. Comment briser ce tabou?

Une femme sur dix vit une fausse couche, le plus souvent durant les trois premiers mois de sa grossesse. Pourtant, le tabou autour de la perte d'un bébé est encore puissant. Est-il nourri par le silence usuel qui entoure les trois premiers mois de grossesse? Témoignages.

Allumez votre chrono, réglez-le sur «une minute». Durant ces 60 petites secondes, 44 fausses couches ont eu lieu dans le monde.

Ce chiffre a été publié ce mardi dans un rapport de The Lancet. La revue scientifique a aussi révélé que 10,8% des femmes sont touchées. Des fausses couches, il y en a partout, tout le temps. Pourtant, on les minimise, dit l’étude. On n’en parle pas. Le tabou est là, puissant, rampant. Il se nourrit du silence. Et il peut rendre la douleur de la perte plus …

Lire l’article
Link zum Artikel