DE | FR

11 élèves appréhendés après une 12ème alerte à la bombe

[Editor's note: photo mise-en-scene] A policer officer of the cantonal police of Vaud has takes hold of gun, in the foreground, while a police car is seen in the background, photographed in Cugy, in the Canton of Vaud, Switzerland, on November 6, 2015. (KEYSTONE/Laurent Gillieron)

[Editor's note: photo mise-en-scene] Un policier (gendarme) du corps de gendarmerie de la Police cantonale vaudoise tient son arme proche d'une voiture de police ce mardi 3 novembre 2015 a Cugy, Vaud. (KEYSTONE/Laurent Gillieron)

Image: KEYSTONE

La police a appréhendé onze personnes, jeudi, après la 12ème alerte à la bombe venue perturber les étudiants vaudois.



La série des fausses alertes à la bombe se poursuit dans le canton de Vaud et surtout à Lausanne. Jeudi après-midi, deux nouveaux incidents ont été signalés, l'un à l'EPCL et l'autre à l'EPSIC, sans danger, mais avec à chaque fois une évacuation de tous les élèves. A l'EPCL, onze apprentis ont été appréhendés par la police.

Depuis le 27 janvier, c'est désormais une douzaine d'alertes à la bombe, toutes fausses jusqu'ici, qui ont perturbé des écoles, essentiellement des établissements du post-obligatoire lausannois. Mercredi déjà, la police avait dû intervenir dans deux d'entre eux.

La police a appréhendé onze personnes, des élèves-apprentis de l'EPCL, en lien avec l'incident de jeudi. Ils ont tous été emmenés à l'Hôtel de police de Lausanne pour y être interrogés, selon M. Pittet. Le porte-parole n'a pas pu donner plus de détails sur ces interrogatoires en cours. (ats)

Plus d'articles «Actu»

Le premier café à chats de Suisse a ouvert (et ils ont tous les droits)

Link zum Artikel

La vie politique lève le voile sur son financement. Voici comment ça marche

Link zum Artikel

4 mois de prison pour le «gifleur» de Macron

Link zum Artikel

Six femmes exploitées sans salaire par des diplomates à Genève

Link zum Artikel
Thèmes

Analyse

Ce qu’on n’ose pas se dire sur le terrorisme en Suisse avant le vote

Le 13 juin, le peuple est appelé à voter sur la loi accordant à la police des moyens supplémentaires de lutte contre le terrorisme. Une gêne entoure ce scrutin, qui ne porte pas seulement sur le djihadisme ou les néonazis, mais sur tout type d'activisme susceptible de prendre une forme radicale, que ce soit le féminisme ou la cause écologiste. Prévenir le passage à la violence, telle est la mission du service de renseignement suisse.

Un train peut en cacher un autre. Disons qu’un gros train peut en cacher de plus petits. Ce gros train, c’est un gros mot: «Terrorisme». Il fait l’objet d’une loi sur laquelle nous voterons le 13 juin. Il s’agira de dire si oui ou non, nous voulons accorder plus de moyens préventifs à la police dans le cadre de la lutte anti-terroriste. Soyons clairs – la chose n’étant que très rarement dite, y compris par l’autorité fédérale: Le terrorisme islamiste.

Mais la cheffe du Département de justice et …

Lire l’article
Link zum Artikel